Elysée: Claude Sérillon prend en charge la communication Internet, Aquilino Morelle prend du galon

ORGANIGRAMME François Hollande là aussi «clarifie» les choses, selon «Le Monde»...

M.P.

— 

Illustration du palais de l'Elysée.
Illustration du palais de l'Elysée. — BOULAT ALEXANDRA/SIPA

Dans l’entourage de François Hollande, à l’Elysée, aussi se mène une «opération de clarification», annonce Le Monde dans son édition de mardi. Mais à la manière de François Hollande, donc, «tout en subtilités», précise le quotidien, sans changer les titres ni l’organigramme formellement.

Aquilino Morelle, le conseiller politique de François Hollande est «le collaborateur qui monte» dans ce nouveau staff, alors même que la semaine dernière, Le Point annonçait sa placardisation. «Son rôle de porte-parole officieux est renforcé» et il aura d’ailleurs la main sur les relations avec la presse nationale. L’ex directeur de campagne d’Arnaud Montebourg lors des dernières primaires devra aussi «organiser» la communication de l’Elysée en lien avec Matignon et la majorité parlementaire, avance le quotidien du soir.

Il sera secondé par Christian Gravel, qui jusque là se chargeait des rapports avec la presse nationale. Pour le pôle international, c’est toujours Claudine Ripert qui officie, sous l'autorité du conseiller diplomatique Paul Jean-Ortiz.

Quid de la prise de parole?

Quant à Claude Sérillon, qui avait rejoint l’Elysée pour coordonner la communication, il est désormais assigné à la «stratégie Internet de l’Elysée». L’ancien présentateur de France 2 n’a semble-t-il jamais vraiment trouvé sa place dans le dispositif élyséen, certains conseillers d’ailleurs moquaient celui qui était censé redresser la cravate de François Hollande. Il devrait toutefois continuer à travailler sur «la partie audiovisuelle des grands événements», d’après la source citée par Le Monde.

Restent deux inconnues: la fonction de porte-parole et celle de porte-parole diplomatique. En effet, depuis le début du quinquennat, il n’y a pas de porte-parole officiel, comme l’a été David Martinon brièvement sous Nicolas Sarkozy. C’est Aquilino Morelle qui s’en charge, mais officieusement. Par ailleurs, Romain Nadal, en charge de la partie diplomatique de la communication, est parti au Quai d’Orsay fin 2013 et n’a pas été remplacé.