Après 13 ans de mandat, Delanoë quitte son dernier conseil de Paris sans «nostalgie»

POLITIQUE Le maire socialiste a été applaudi par quasiment tous les conseillers de Paris...

avec AFP

— 

Bertrand Delanoë a été applaudi lors de son dernier Conseil de Paris le lundi 10 février 2014.
Bertrand Delanoë a été applaudi lors de son dernier Conseil de Paris le lundi 10 février 2014. — BERTRAND GUAY / AFP

Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, a conclu lundi les débats de son dernier Conseil de Paris en affirmant n'éprouver ni «nostalgie», ni «tristesse» au moment de quitter l'Hôtel de Ville après 13 ans de mandat. «Je n'ai aucune nostalgie, aucune tristesse, j'ai plein de joie dans le coeur. Parce que c'est Paris. Parce que cette ville mérite tous les enthousiasmes, mérite tous les élans d'amour, mérite de travailler, mérite qu'on donne tout», a déclaré le maire, élu en 2001 maire de la capitale.

«Je n'ai jamais rien reçu de plus grand»

«Les Parisiens m'ont fait l'honneur de me faire confiance en 2001 et en 2008, je crois que je n'ai jamais rien reçu de plus grand, de plus noble, de plus exigeant», a poursuivi le maire. Elus de droite comme de gauche se sont levés à la fin du discours du maire pour l'applaudir, à l'exception notable du président de la fédération UMP Philippe Goujon. La maire du VIIe Rachida Dati s'était quant à elle absentée.

Bertrand Delanoë a salué dans son discours les anciens maires RPR Jacques Chirac et Jean Tiberi, ainsi que ses adversaires malheureux de 2001 et 2008 Philippe Séguin et Françoise de Panafieu. Il a aussi rendu hommage à ceux qui ,comme lui, vivaient «leurs derniers instants... de conseiller de Paris», se plaignant dans un sourire du «petit côté nécrologique» de certains articles récents à son sujet.

Evoquant très brièvement son bilan, Bertrand Delanoë a souligné qu'il y avait «125.000 Parisiens de plus» qu'en 2001, 16.000 familles, 31.000 jeunes.