Pour Fillon, il est «parfaitement naturel» que la Suisse veuille réduire son immigration

ECONOMIE La Suisse a voté dimanche pour limiter l’«immigration de masse»…

M.P. avec AFP

— 

François Fillon lors de la présentation de ses voeux, à Paris, le 15 janvier 2014.
François Fillon lors de la présentation de ses voeux, à Paris, le 15 janvier 2014. — WITT/SIPA

Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas fait une apparition dans les médias. Pour son retour, François Fillon a jugé «parfaitement naturel» que la Suisse veuille diminuer le nombre d'étrangers sur son territoire.

Interrogé par BFMTV et RMC sur la votation suisse dimanche en faveur d'une limitation de l'immigration (50,3% pour), le député UMP a appelé à distinguer le sort des milliers de frontaliers qui entrent chaque jour dans ce pays: «Il serait totalement incompréhensible que la Suisse mette une barrière à l'accès de ces frontaliers, dans la mesure où elle vit dans un ensemble économique qui a ses propres règles». «En revanche, qu'elle veuille réduire globalement le nombre d'étrangers sur son territoire, c'est une revendication parfaitement naturelle», a-t-il dit.

Pour un système équivalent en France ou en Europe

L'argument est «non pas la défense de l'emploi», mais «l'intégration», a-t-il poursuivi. «Je propose depuis des mois que la France ou l'Europe - les deux peuvent être possibles - adoptent le même système», a dit François Fillon.

L’avis de François Fillon n’est en tout cas pas partagé par l’ensemble de la classe politique. Laurent Fabius a jugé sur RTL que le vote suisse «est une mauvaise nouvelle à [s]on avis à la fois pour l'Europe et pour les Suisses, parce que la Suisse refermée sur elle-même, ça va les pénaliser». «A mon avis, les Suisses se sont tiré une balle dans le pied», a commenté de son côté la vice-présidente de l’UDI Rama Yade sur France 2.