L'UMP façon belge

S.A (avec AFP)

— 

Définitivement les maîtres de la bonne blague. Après nous avoir fait croire il y a peu à une scission du pays, voici que nos voisins belges lancent «l'UMP-B». Non pas une section du parti sarkozyste outre-Quiévrain, mais une déclinaison belge de l'union à droite. Seul hic, la rue de la Boétie ne semble pas avoir donné son avis sur la question. Avis délicat en outre, car l'initiative est menée par un ancien leader d'extrême-droite, selon une enquête du réseau Resistances.be.

Sur le site internet de la formation plagiaire, qui appelle à "imaginer la Belgique d'après", on entend ainsi «transcender les anciennes frontières entre droite classique et droite nationaliste (mais fréquentable)». «On ne veut pas nuire à l'UMP et à M. Sarkozy, que nous considérons comme un homme d'exception. Nous voulons, comme lui en France, rassembler toutes les forces de droite en Wallonie», explique Pierre D'Ans, le fondateur controversé de l'UMP-B.

«Nous avons contacté plusieurs fois l'UMP à Paris depuis 4 mois, a indiqué M. D'Ans, mais ils ne nous ont jamais répondu, alors nous avons foncé. Quant aux Français de l'UMP de Belgique, ils sont tous du MR», le Mouvement réformateur (libéral) dirigé par le ministre belge des Finances, Didier Reynders.

Alexandre Laurent, trésorier de la section belge du parti de Nicolas Sarkozy, a indiqué mercredi avoir reçu de nombreux appels au sujet du "site pirate". A la mi-décembre, «le service juridique de l'UMP les a sommés d'arrêter cette utilisation abusive de notre sigle et de notre logo qui risquait de créer la confusion».