L'idée du gel de l’avancement des fonctionnaires démentie par Vincent Peillon

BUDGET «Les Echos» lui prêtaient cette idée, qui permettrait d’économiser 1,2 milliard d’euros...

B. de V.

— 

Le ministre de l'Education national Vincent Peillon, à Nice, le 10 janvier 2014.
Le ministre de l'Education national Vincent Peillon, à Nice, le 10 janvier 2014. — BEBERT BRUNO/SIPA

Après le gel du salaire des fonctionnaires, le gel de leur avancement? Peut-être pas. L’entourage de Vincent Peillon a démenti mercredi soir auprès de Metronews, puis par communiqué de presse, une information du quotidien économique Les Echos. Le journal annonçait ce mercredi que le ministre de l'Éducation nationale comptait soumettre à Bernard Cazeneuve, son homologue du Budget une mesure permettant d'économiser 1,2 milliard par an: geler pendant deux ans les avancements automatiques à l'ancienneté et les promotions des quelque cinq millions de fonctionnaires.

C'est-à-dire de l'ensemble de la fonction publique, et pas seulement des agents de l'Éducation nationale.

Vincent Peillon sera présent samedi à l'Élysée, lors de la deuxième réunion du conseil stratégique de la dépense publique, piloté par François Hollande. Des idées de réduction des dépenses publiques devront inévitablement devoir sortir à l’heure où le gouvernement a décidé de creuser dans les dépenses avec plus de 50 milliards d'euros à trouver de 2015 à 2017. Le démenti du ministre de l’Education survivra-t-il à cette réunion?