Loi famille: Dominique Bertinotti n'a «jamais» pensé démissionner

FAMILLE Elle a assuré avoir été «informée bien avant» l'annonce officielle du report...

avec AFP

— 

La ministre de la Famille Dominique Bertinotti, le 6 septembre 2013 à Roubaix.
La ministre de la Famille Dominique Bertinotti, le 6 septembre 2013 à Roubaix. — BAZIZ CHIBANE/SIPA

La ministre de la Famille Dominique Bertinotti a assuré mardi sur Canal+ qu'elle n'avait «jamais» songé à démissionner après le report sine die du projet de loi sur la famille qu'elle portait.

Invitée à dire si elle avait envisagé de quitter le gouvernement depuis lundi, elle a répondu: «pas du tout, jamais».

Informée bien avant

«Je suis depuis suffisamment longtemps en politique pour savoir que le plus court chemin n'est pas forcément la ligne droite», a-t-elle ajouté.

Elle a assuré avoir été «informée bien avant» l'annonce officielle du report et avoir échangé à ce propos avec le président François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Elle a admis toutefois avoir été «surprise».

La question ne s’est jamais posée

Son «seul regret, a-t-elle dit, est qu'il faudra mettre un peu plus de temps pour simplifier la vie quotidienne des familles».

Plus tôt dans la journée, l'entourage de la ministre avait fait savoir que la question de son départ du gouvernement «n'avait jamais été à l'ordre» du jour. «La question de son départ du gouvernement ne s'est jamais posée, ce n'est pas son tempérament, c'est une femme de conviction», avait-on précisé de même source.

Un désaveu complet pour l'UMP

Lors de la séance de questions au gouvernement, la ministre avait d'ailleurs défendu à l'Assemblée nationale son projet de loi, sans évoquer cet abandon surprise, qui agite toute la classe politique.

«Nous continuons de travailler à mettre en conformité le droit des familles avec la réalité de ce qu'elles vivent aujourd'hui», a-t-on insisté dans l'entourage de Bertinotti.

Dans Le Parisien mardi, Philippe Gosselin, député UMP, a jugé que l'annonce du report du projet de loi était un «désaveu complet» pour Dominique Bertinotti. «A sa place, je démissionnerais pour garder ma dignité», a-t-il estimé.