PMA et GPA: Le gouvernement s'opposera à tout amendement

FAMILLE Matignon est intervenu dans le début de polémique entre Manuel Valls et Bruno Le Roux...

avec AFP

— 

Jean-Marc Ayrault, le 20 janvier 2014 lors de ses voeux à la presse.
Jean-Marc Ayrault, le 20 janvier 2014 lors de ses voeux à la presse. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Matignon a rendu son arbitrage, et il est en faveur de Manuel Valls. Les services du Premier ministre ont confirmé ce lundi à l'AFP que le gouvernement s'opposera à des amendements sur la PMA et la GPA.

Cette mise au point vise à clore la passe d'armes entre Manuel Valls et Bruno Le Roux. Le premier a affirmé ce lundi matin sur RTL que «le gouvernement s'opposerait à des amendements parlementaires sur la gestation pour autrui (GPA) et la procréation médicale assistée (PMA)» lors de l'examen du projet de loi sur la famille prévu en avril, tandis que le patron des députés PS lui a demandé de respecter  «la règle du jeu que nous nous sommes fixée», c'est-à-dire d'attendre l'avis du Comité national d'éthique.

Le PS ne veut pas de débat non plus

Cette sortie intervient au lendemain d'une manifestation de la «Manif pour tous», qui s'oppose au mariage pour tous, et «préventivement» à la PMA et à la GPA pour les couples homosexuels. La majorité est embarassée sur ce sujet des plus clivants dans l'opinion: François Hollande ne s'était pas engagé clairement à mettre en oeuvre la PMA mais sa majorité y est plus favorable, Bruno Le Roux avait même promis qu'un amendement introduirait cette mesure dans la loi famille.

Et pour enfoncer le clou, David Assouline, le porte-parole du PS a affirmé que le Parti socialiste ne voulait pas de «débat» ou de «proposition» sur la procréation médicale assistée (PMA) ou la gestation pour autrui (GPA) lors de l'examen du projet de loi sur la famille.