Pacte de responsabilité: Hollande veut des contreparties «claires, précises, mesurables» en termes d'emplois

POLITIQUE Le chef de l'Etat précise son pacte lors des voeux aux forces économiques...

M.P. avec AFP

— 

François Hollande lors de la conférence de presse donnée à l'Elysée le 14 janvier 2014.
François Hollande lors de la conférence de presse donnée à l'Elysée le 14 janvier 2014. — ALAIN JOCARD / AFP

François Hollande a précisé ce mardi son pacte de responsabilité présenté lors de sa troisième conférence de presse, lors de ses voeux aux forces économiques. Le chef de l'Etat a levé un coin du voile sur les fameuses contreparties qui incomberont aux entreprises. «Pour être crédibles et respectées, ces contreparties doivent être peu nombreuses», a ajouté le chef de l'Eta, fixant à ces contreparties comme objectifs le «nombre de créations d'emplois», «la qualité des emplois» et les investissements en France. Elles doivent être «claires, précises, mesurables», a-t-il insisté.

Une grande conférence sociale au printemps

Tous les détails seront tranchés notamment lors d'une «grande conférence économique et sociale» qui se tiendra au printemps et qui conclura le pacte, a confirmé le chef de l'Etat. «Les discussions doivent commencer tout de suite et le pacte sera conclu à l'occasion d'une grande conférence économique et sociale au printemps», a-t-il a expliqué. 

François Hollande a également précisé que toutes les options étaient sur la table concernant le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), une mesure phare du début de son quinquennat. Le chef de l'Etat, qui vient de promettre aux entreprises de les décharger de leur contribution à la politique familiale, a indiqué que pour concilier les deux dispositifs «nous pouvons envisager d'augmenter le CICE», le «transformer purement et simplement en baisse de charges», ou qu'il pouvait «être maintenu et complété».

 L'emploi, le seul voeu qui «vaille»

Le seul voeu «qui vaille» pour 2014 est l'emploi, a martelé le chef de l’Etat, assurant que le gouvernement avait «tout fait depuis 20 mois» pour lutter contre le chômage.

«Cet engagement, je l'ai pris devant les Français et j'ai veillé à ce que le gouvernement puisse le tenir depuis 20 mois. Si je regarde les choses autant qu'il est possible avec lucidité, avec objectivité, tout a été fait depuis 20 mois pour mobiliser tous les instruments», a déclaré le président, citant les emplois d'avenir, les contrats aidés, les contrats de génération ou encore le plan de formation pour les emplois non pourvus.

«Le chômage a été stabilisé, même avec une croissance faible, pour ne pas dire quasi nulle, mais la baisse qui est attendue doit maintenant être effective. C'est maintenant que tout se joue", a ajouté François Hollande, pour qui, si le doute s'installe, «la croissance sera molle et le chômage deviendra incompressible». «C'est parce que je refuse le scénario de l'attentisme et de la frilosité que j'ai proposé le pacte de responsabilité», a-t-il justifié.