François Hollande: «Le nombre de régions peut évoluer»

POLITIQUE Le Président a plaidé pour une «clarification stricte des compétences entre collectivités territoriales»...

avec AFP

— 

François Hollande lors de sa conférence de presse à l'Elysée, le 14 janvier 2014.
François Hollande lors de sa conférence de presse à l'Elysée, le 14 janvier 2014. — ALAIN JOCARD / AFP

C’est la première fois qu’il fait une déclaration dans ce sens. François Hollande s'est déclaré ce mardi prêt à faire «évoluer le nombre de régions», dans un souci d'efficacité et de maîtrise de la dépense publique.

«Notre organisation territoriale devra être revue» pour «en finir avec les enchevêtrements, les doublons et les confusions» de compétences, il devra y avoir «une clarification stricte des compétences entre collectivités territoriales» et cela concerne aussi «les régions dont le nombre peut aussi évoluer», a déclaré François Hollande lors de sa conférence de presse donnée à l’Elysée. «Il n'y a pas de raison que (ce nombre, c’est-à-dire 26 régions dont 22 en métropole) soit le même dans quelques années», a-t-il ajouté.

Des collectivités «invitées à se rapprocher»

Le président de la République a affirmé que «les régions se verront confier un pouvoir réglementaire local d'adaptation», ce qu'avait déjà annoncé le Premier ministre Jean-Marc Ayrault lors de l'adoption du Pacte d'avenir pour la Bretagne, en décembre à Rennes.

Il s'agit de «donner encore plus de libertés aux élus pour travailler», selon lui. Le chef de l'Etat a aussi confirmé que les régions auront «de nouvelles responsabilités», comme l'avait déclaré Jean-Marc Ayrault à Rennes. De manière générale, les collectivités territoriales «seront incitées et invitées à se rapprocher», a-t-il dit.

Un tiers de la dépense publique

Quant aux départements qui sont «situés dans de grandes aires métropolitaines, ils devront redéfinir leur avenir», comme cela s'est fait dans le Rhône où Lyon a repris les compétences du conseil général sur le périmètre de la communauté urbaine, a précisé François Hollande.

«Pour les accompagner, il y aura des incitations puissantes qui seront introduites et les dotations de l'Etat varieront selon les regroupements qui seront faits», a affirmé le président.

Les collectivités territoriales représentent environ un tiers de la dépense publique.