EN DIRECT. Conférence de presse: Hollande évoque 15 milliards d'économies en 2014... Valérie Trierweiler «se repose»...

Vincent Vantighem

— 

François Hollande arrive dans la salle de réception de l'Elysée pour sa conférence de presse semestrielle le 16 mai 2013.
François Hollande arrive dans la salle de réception de l'Elysée pour sa conférence de presse semestrielle le 16 mai 2013. — P. KOVARIK / AFP

 

19h12: Fin de la conférence de presse
Après presque trois heures de conférence de presse, François Hollande met fin à la conférence de presse. Visiblement, il y a pris du plaisir puisqu'il a répondu à de nombreuses questions, même après avoir dit qu'il n'en prendrait plus qu'une. Merci d'avoir suivi le live. Vive la France et la République!
18h53: En quoi l'image du chef d'Etat compte?
Question d'un journaliste étranger sur la vie privée. «En France, nous avons un certain nombre de principes, de valeurs sur le respect de la vie privée»
18h48: Questions sur la RCA et les Antilles
«Sur la RCA, nous n'intervenons pas sur le choix des dirigeants centrafricains. Nous demandons l'arrêt des exactions, des violences. Si une solution politique peut y contribuer, tant mieux.»
«Les taux de criminalité en Martinique et en Guadeloupe sont trop élevés et appellent des réponses.»
18h45: Dernière question...
Le pacte de responsabilité s'appelait le pacte de confiance et avait été proposé par M. Gattaz du Medef. Il chiffrait à un million le nombre d'emplois qu'apportera le pacte.
«M. Gattaz et le patronat depuis des mois discute d'un pacte et donne des chiffres que nous ne pouvons pas retenir. Ce qui compte, ce sont les contreparties vis-à-vis du patronat qui devront être discutées et négociées. Baisse des charges d'un côté, contreparties de l'autre!»


18h44: Comment va Valérie Trierweiler?
«Elle se repose», répond François Hollande.

18h44: Le retour de la vie privée
Un président de la République peut-il encore avoir une vie privée? interroge Nicolas Domenach.

18h35: Y-a-t-il un monde entre le discours du Bourget et celui du jour?
«Je vous remercie de citer le discours du Bourget qui reste ma référence. La finance, c'est nous qui avons fait une loi bancaire qui a permis d'avoir plus de contrôle sur les établissements financiers. Je fais en sorte de maîtrise la finance. Et là dessus, il n'y a pas de contradiction.»
18h28: Quid de la rencontre avec le pape François?
«Je veux m'en entretenir avec lui. Notamment sur le dossier syrien. Il peut aussi être utile dans le cadre de la négociation entre Palestiniens et Israéliens et sur les chrétiens d'Orient, menacés et obligés de fuir. Et puis, en 2015, la France va organiser la conférence sur le climat. Nicolas Hulot, notre ambassadeur pour la planète, s'est rendu au Vatican et il a souhaité que ces autorités spirituelles appellent à ce que chacun comprenne les enjeux de cet événement. Je crois que le pape peut ête un acteur majeur dans cette perspective» 

18h26: En 2013, deux fois plus de Roms ont été expulsés. Est-ce une volonté gouvernementale?, questionne un journaliste
«Il n'y a pas d'autre règle que le respect de la loi. J'ai toujours veillé à faire respecter le principe d'accueil, mais dans le droit. Il faut traiter ce sujet au niveau européen: tous les pays doivent coopérer. ET si vous me demandez si on a à rougir sur ce que nous avons fait, la réponse est non. Et il n'y a pas de politique du chiffre aujourd'hui, nous avons appliqué structement le droit».

 
18h24: «L'affaire Léonarda, je considère qu'elle est réglée. Personne n'est revenu», note le président
 
18h17: «Les élections européennes sont le scrutin qui peuvent être le plus dangereux pour l'Europe» 
«Il y a un courant extrêmiste en Europe, pas seulement en France, un courant raciste. Si on n'y fait rien, on ne pourra plus avoir la dynamique européenne. En France, il faut que ce combat soit mené. Je ne laisserai pas l'Europe se disloquer. On va célébrer cette année le centenaire de la Première guerre mondiale, on sait ce qu'a été ce continent ravagé par les guerres.»

18h10: Nous avons déjà fait 15 milliards d'économie en 2014
«Nous devons faire 50 milliards de plus en 2015, 2016 et 2017», dit Hollande, précisant qu'elles porteront sur «l'Etat, les collectivités et les dépenses sociales». Et prône des réformes structurelles et une redéfinition de l'action de l'Etat. «Ce que nous avons déjà fait en 2014»

 18h05: Vers la fin du CICE?
Le président a rappelé que le Crédit d'impôt compétitivité d'emploi (CICE) allait coûter 12 milliards d'euros en 2014 et 20 milliards en 2015, soit respectivement une baisse du coût du travail pour les entreprises de 4% puis de 6%. «Et en 2016?» poursuit le président, «cette aide doit-elle être maintenue ou transformée en baisse des cotisations (le CICE est une baisse de l'impôt, NDLR)? Cela fait partie de la discussion».

17h58: «Il n'y a pas de complot dans la République»
«Tous les citoyens doivent être protégés de toutes les attaques et de toutes les agressions», réaffirme le président. Qui s'inquiète par ailleurs «de ces jeunes Français qui vont combattre en Syrie: 700 sont recensés, c'est beaucoup.»

17h56: «Les antisémites, c'est un réseau», dit le président
«Comment lutter? Il y a ce que l'on a fait sur les spectacles et ce qui doit ête fait sur Internet, et nous y travaillons. Enfin, la République, ce n'est pas deux poids, deux mesures. Il faut regarder la vérité en face: il y a des actes antisémites, des actes anti-musulmans, nombreux, et qui doivent tout autant être dénoncés. Il y a des actes anti-chrétiens avec des personnes qui pensent qu'on peut s'exhiber dans une église. Aucun de ces actes ne peut être accepté»
 
17h54: Et après l'affaire Gayet, l'affaire Dieudonné revient sur le devant de la scène
«Etait-il possible d'empêcher celui que vous avez cité de faire son spectacle? Pour cela, il fallait prendre une circulaire, ce fut fait au nom des troubles à l'ordre public. Le Conseil d'Etat en toute indépendance a dit le droit: que la liberté d'expression doit être partout garantie, sauf s'il y a atteinte à la dignité des personnes. Une victoire a été obtenue. Des compatriotes se disent "en parlant de cela, on ne parle pas du reste". Mais si on n'en parlait pas, on nous dirait qu'on laisse faire. Il y a des personnes qui suivent M. M'Bala M'Bala en pensant qu'il n'est pas antisémite, il est important qu'ils puissent connaître la vérité»

17h54: Pourquoi ne dites-vous pas: "je suis social démocrate?"
 Ceux qui ne l'ont pas encore compris peuvent encore poser une question, répond non sans humour le président. 

17h49: Votre sécurité a-t-elle été mise en jeu dans l'affaire Gayet?, demande un journaliste
Partout, ma sécurité est assurée répond le président. Y compris, «lorsque je me déplace à titre privé. Que personne ne s'inquiète là-dessus».

17h47: Concernant sa faible popularité
Hollande dit que son impopularité «a commencé tout de suite. Quand il y a une crise, quand il y a du chômage, à qui s'en prend-on? A celui qui est au sommet de l'Etat. Et je n'en blâme pas les Français. Il faut que nous arrivions à la baisse durable du chômage».

17h44: Mon seul objectif, c'est l'emploi
Hollande le rappelle encore. Sur l'inversion de la courbe du chômage, il dit: «Nous arriverons à réduire le chômage que s'il y a des créations d'emplois dans les entreprises».
 
17h42: Quid du statut de Première dame? 
«Il n'y a pas de statut du conjoint du chef de l'Etat, il n'y en a jamais eu», répond le président «il y a une pratique qui varie selon les personnalités. Ce qui est essentiel, c'est la transparence. Les moyens consacrés au conjoint doivent ête connus, publiés et le moins élevés possible».

17h40: Souhaitez-vous renforcer les lois sur la protection de la vie privée, interroge le journaliste?
«Je suis contre les lois de circonstance», répond Hollande. Si je me retiens de poursuivre, c'est parce que précisément, je ne veux pas qu'il y ait deux poids, deux mesures, mais mon indignation est totale. 

17h39: Retour sur la vie privée... Ah non, sur les conséquences judiciaires de la publication de Closer 
17h35: Le gouvernement se met au Tumblr
Et liste les principales annonces faites par le président

17h34: Mélenchon s'insurge contre «ce programme de droite»
 
17h32. Est-ce que j'ai une majorité?
Le gouvernement s'engagera devant l'Assemblée nationale pour que le pacte de responsabilité soit approuvé. Notre responsabilité sera engagée. Je suis convaincu que la majorité appuiera ce mouvement. Et les autres familles de pensée? Elles sont aussi devant leurs responsabilités. Elles peuvent critiquer, c'est leur droit, pas forcèment leur devoir.
Chacun doit savoir ce qu'il peut faire pour son pays. Il y aura donc cette épreuve de vérité.
17h31: Un tournant, ça fait ralentir.
Tournant? Quand on doit tourner, il faut ralentir. Or, moi, je veux accélérer, répond le Président. Enfin, plutôt ne répond pas à la question posée.

17h28: Question remaniement
De Bruno Dives du journal Sud-Ouest. «Pensez-vous pouvoir conduire cette politique avec le même gouvernement jusqu'en 2017? Surtout, disposez-vous de la majorité pour soutenir cette politique?»
17h27: Dois-je continuer?
Le Président interroge la journaliste de BFM TV après avoir listé ses réformes. «Non, il faut accélérer. La reprise est là. La croissance attendue est de 1%. Il y a une tendance à la stabilité, l'inversion de la courbe du chômage. Je pense que cela va se jouer en 2014.»

17h26: Nous n'avons cessé de faire des réformes
Logement, Formation professionnelle... «En 18 mois, jamais il n'y a avait eu autant de réformes depuis des années. Et je dis bien des années...»
17h24: N'avez vous pas perdu 18 mois?
Question de la journaliste de BFM TV. «18 mois. Nous avons rétabli les comptes publics, répond François Hollande. Préparer une loi de Finances qui a pu être douloureuse. Vous croyez que c'était facile? C'était la question pour emprunter à des taux très bas sur les marchés.»
17h22: Il repart sur le pacte de responsabilité
La deuxième est consacrée au pacte de responsabilité. François Hollande assure qu'il n'est pas versé au libéralisme.
17h22: Et voilà, la question a été posée...
Et certains se demandent si la conférence est terminée.
 
17h20: Hollande a donc préféré ne pas répondre.
Dans une réponse qui semble très préparée, François Hollande a donc renvoyé tous les journalistes aux lendemains concernant LA question que tout le monde se pose. Il a  promis de clarifier la situation avant le 11 février, date du voyage à Washington où Valérie Trierweiler devait l'accompagner.

17h19: Hollande ne répond pas...
Chacun peut traverser des épreuves. C'est douloureux. Mais j'ai un principe: c'est que les affaires privées se traitent en privé. Ce n'est ni le lieu, ni le moment de le faire. Mais, si je ne répondrai à aucune question aujourd'hui sur ce sujet, je le ferai avant le rendez-vous que vous avez fixé, soit le voyage en février aux Etats-Unis.

17h17: Trierweiler est elle Première Dame de France?
«La publication d'un article vous concernant dans un magazine, Closer pour ne pas le nommer, a suscité de l'émoi, des questions, de la curiosité, c'est inévitable. Il est un besoin de clarification vis-à-vis des Français, vis-à-vis de ceux qui à l'étranger nous regardent. Vous serez reçu à Washington. Valérie Trierweiler est elle toujours première dame de France?»
17h17:François Hollande veut «la fin des cotisations familiales» pour les entreprises en 2017
C’est l’une des principales annonces du président. 20 Minutes fait le point. 

 17h17: L'internaute Grosmalin recadre le débat: «Chômage, dette ou pseudo dette, cadeaux des politiques aux banquiers ou cadeaux des banquiers aux politiques, on s'en fout... Nous on veut savoir si François aime Julie ou si ce n'est qu'une passade et Julie aime t-elle François?» Alors François?

17h16: Alain Barluet forme un vœu.
Que le chef de l'Etat se rend à Villacoublay pour accueillir des otages.
17h16: Première question...
Alain Barluet, président de l'Association de la presse présidentielle et journaliste au Figaro. Il remercie le Président pour ses vœux. Il lui souhaite une bonne année aussi.

17h13: Voeux pour la liberté de la presse...
En ayant une pensée pour quatre qui ne sont pas là et qui sont retenus en otages. «Nous continuerons à tout faire pour obtenir leur libération.

17h13: Le discours semble proche de la fin
«Voilà mesdames et messieurs ce qui doit nous mobiliser...» annonce François Hollande laissant entendre que son discours touche à sa fin. Place aux questions?
17h11: N'ayons pas peur...
... de l'Europe. Il faut plutôt craindre qu'elle ne s'affaiblisse. C'est en renforçant l'Europe qu'on protégera mieux la France. Je ne laisserai pas faire, dans les prochains mois, ceux qui veulent en terminer avec l'idée européenne. «Il y en a même au sein du gouvernement», précise le chef de l'Etat.
17h08: Il appelle de ses vœux la relance de l'Europe.
A l'initiative de la France et Allemagne. Trois propositions: une initiative pour la convergence économique et sociale entre les deux pays. Le salaire minimum en Allemagne en est le premier pas.
Deuxième point: Se coordonner pour la transition écologique. Il réclame la mise en place de filières communes dans la transition écologique, comme Airbus. L'idée, c'est de faire une grande entreprise commune dans le domaine écologique.
Troisième point: Qu'il y ait un couple franco-allemand pour assurer la sécurité. Montrer une responsabilité commune pour la paix et la sécurité dans le monde.
17h07: L'Union bancaire, ça peut être simple.
Elle a été mise en place. Elle nous prémunit des crises. En cas de crise, personne sauf les banques n'auraient à assumer.
17h05: Sur la Centrafrique...
Je le réaffirme ici. Nous n'avons pas terminé le travail. L'Europe va venir. Le 20 janvier, des décisions pourront être prises sur le plan sécuritaire et humanitaire. Enfin, il y a eu des initatives politiques qui ont été prises. «Nous n'avons pas vocation à choisir les dirigeants de la Centrafrique. Ce temps là est révolu! Nous avons espoir que l'apaisement revienne»
17h06: Le terrorisme vaincu?
Le PS retweete ces propos de Hollande:
 
 17h04: Je veux rendre hommage à nos soldats 
Ils ont combattu dans des situations extrêmement difficiles. Mais l’opération va s’achever elle ne comptera que sur 1600 soldats en février et 1000 à la fin du printemps, dit le président.

17h03: Il évoque le Mali.
Une victoire pour le développement, pour la démocratie. «L'opération va s'achever. Elle ne comptera que sur 1.600 soldats en février et 1.000 au Printemps. Voilà ce qu'est une information utile.»
17h01: Il parle de la fin de vie.
François Hollande reparle du projet de loi en expliquant que les conclusions du Comité d'éthique doivent lui être remises dans les prochaines semaines. Avant un projet de loi «le plus large possible»
«Le but pour toute personne majeure atteinte de maladie incurable et qui ne peut être apaisée de pouvoir demander dans des conditions strictes une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité»

17h01: Les bourses des étudiants seront donc à nouveau revalorisées
 
17h00: Antisémitisme et xénophobie...
Le Président revient sur l'action de Manuel Valls, sans citer Dieudonné. Dignité, c'est la raison pour laquelle nous sommes intervenus.
16h58: C'est pour la jeunesse...
Que le gouvernement va revaloriser les bourses et améliorer le Service public. Rendre plus attractifs pour les enseignants les postes qui concentrent le plus de difficultés. L'école, c'est la République, c'est notre héritage et notre avenir.
16h57: Les Twittos ne lâchent pas l'spect vie privée de François Hollande... 

16h57: Quant à la Sécurité sociale...
Bien commun de ceux qui n'ont pas d'autres biens... Il faut lutter contre les abus, dit-il rappelant les 600 millions de fraude. Il faut réduire la multiplication des prescriptions, des actes médicaux redondants, des médicaments. L'usage des génériques est moins fort que partout ailleurs. C'est au prix de cet effort que nous pourrons garantir le modèle social.
16h57: Quant à la Sécurité sociale...
Bien commun de ceux qui n'ont pas d'autres biens... Il faut lutter contre les abus, dit-il rappelant les 600 millions de fraude. Il faut réduire la multiplication des prescriptions, des actes médicaux redondants, des médicaments. L'usage des génériques est moins fort que partout ailleurs. C'est au prix de cet effort que nous pourrons garantir le modèle social.
16h56: Les Régions peuvent se rapprocher.
Leur nombre peut varier. Les départements peuvent également redéfinir leur rôle. Ca s'est déjà fait dans le Rhône. Les élus et nos citoyens sont prêts à ces évolutions, assure le chef de l'Etat. Des incitations puissantes sont prévues.
16h55: L'organisation territoriale revue.
François Hollande évoque la création des treizes métropoles, première étape selon lui. En 2014, les Régions se verront confier de nouvelles responsabilités, doter de nouveaux pouvoirs réglementaires. Une clarification stricte des compétences sera introduite. Les Collectivités seront incitées à se reprocher.
16h55: La fin des cotisations fait réagir à droite
Comme le prouve ce tweet du député UMP
 
16h54: Des lettres de cadrage envoyées en avril.
Jean-Marc Ayrault écrira à toutes les structures et visera toutes les dépenses pour fixer les économies à réaliser d'ici à 2015 et d'ici à 2017. L'Etat prendra sa part mais il ne représente que le tiers des économies à réaliser, le reste étant les collectivtés.
16h52: 50 milliards d'économies à dégager entre 2015 et 2017.
C'est l'équivalent de 4% de l'ensemble des dépenses collectives, nuance le Président. «Faut il encore le faire...». Nouvelle méthode annoncée: «plutôt que des coupes aveugles, je propose de redéfinir nos mécanismes de redistribution. Je constituerai un conseil stratégique de la dépense. Il se réunira autour de moi chaque mois pour évaluer les dépenses publiques.»
16h52: Le n°2 du FN tacle Hollande sur l'aspect simplification

16h50: Toujours pas de question...
Un quart d'heure après le début de la conférence, le président monopolise la parole et détaille son pacte de responsabilité. Aucune question n'a encore été posée.
16h50: Petite confusion sur le pupitre du Président, tweete un journaliste de France 2

16h50: Le gouvernement engagera sa responsabilité
Le Président assure que son gouvernement engagera sa responsabilité devant le Parlement sur ce texte.
16h48: Place au calendrier
Le 21 janvier François Hollande s'adressera aux forces économiques pour lancer le pacte de responsabilité.
Avant la fin du mois, les Assises de la fiscalité des entreprises seront lancées par Jean-Marc Ayrault.
En avril, le gouvernement lancera un deuxième train de mesures de simplification.
Au Printemps: Grande conférence sociale en guise de conclusion.
16h47: «Cette méthode a fait ses preuves»
Accord sur la sécurisation de l'emploi, la réforme des retraites, formation professionnelle. Le chef de l'Etat martèle que tout se fera dans la négociation. «Toutes les organisations professionnelles, toutes les organisations politiques, tous les territoires sont concernés...»
16h45: Place aux contreparties...
Elles doivent être définies au niveau national et déclinées par branche professionnelle. Conditions : embauche, travail des séniors, emploi des jeunes et modernisation du dialogue social. Un Observatoire des contreparties sera mis en place. Et le Parlement y sera associé.
16h43: «Moderniser la fiscalité pour les sociétés» «Diminuer les charges»
Voilà la mission que se fixe François Hollande. Avec une première échéance dès 2015 dans la loi de Finances, annonce-t-il. Il enchaîne sur la réduction des normes avec le fameux choc de simplification. Il annonce avoir confié au député Thierry Mandon et à un chef d'entreprise la mission de créer un Conseil de simplification.
 16h43: Le PS tweete en direct la conférence de presse

16h42: Plus d'allocations familiales pour les entreprises.
Nouvel objectif. D'ici 2017, pour les entreprises et les travailleurs indépendants, ce soit la fin des allocations familiales. Cela représente 30 milliards de charges. C'est la condition pour que les entreprises retrouvent de la marge. Ce n'est pas pour leur faire un cadeau !
C'est le première annonce du président.

16h41: Hollande suit sa ligne.
Le Président attaque donc par le pacte de responsabilité. Il se tient donc à sa ligne fixée le 31 décembre pour le moment.
16h40: «En 2014, l'enjeu est d'avoir une croissance vigoureuse»
Nous n'y parviendrons qu'avec la participation de tous et notamment des entreprises. C'est pourquoi j'ai proposé le pacte de responsabilité. Alléger les charges pour permettre plus d'embauches et plus de dialogue social.
16h39: Creusement des déficits, Chômage : rien sur la vie privée.
Les premiers résultats sont là. Ils sont fragiles, trop fragiles. Certes, le chômage des jeunes a reculé depuis six mois.
16h37: Hollande attaque sur l'économie.
Les journalistes se lèvent. Le Président salue les journalistes et ministres. «C'est la troisième conférence de presse. J'avais adressé mes vœux au Français et tracé une feuille de route. J'ai une conviction: Si la France veut garder une place dans le monde (...), elle doit retrouver de la force économique.
16h37:François Hollande fait son entrée dans la Salle des fêtes.
La conférence va commencer...
16h29: Les ministres prennent place.
Benoît Hamon vient d'entrer dans la Salle des fêtes. Manuel Valls et Christiane Taubira s'assoient. Les autres suivent.
16h27: Alain Barluet du Figaro posera la première question.
Le quotidien l'annonce sur son site. Alain Barluet est également président de l'Association de la presse présidentielle.
Réagissez en direct aux propos de François Hollande dès 16h30. Envoyez nous vos réactions via contribution@20minutes.fr ou dans les commentaires ci-dessous.
Une sélection des meilleures contributions sera publiée sur 20minutes.fr

16h09: L'Elysée va retransmettre la conférence en direct.
Pour ceux qui n'ont pas la télévision et ne peuvent se passer de l'image, l'Elysée annonce sur son compte Twitter qu'elle va retransmettre la conférence en direct sur son site.

16h06: Comment les journalistes s'organisent-ils?
Alors que toutes les rédactions se demandent qui va oser poser la question sur la vie privée de François Hollande, Alice Coffin, notre journaliste spécialiste des Médias, a mené l'enquête. C'est à lire en cliquant ici.
16h04: Le débat a déjà débuté à l'Assemblée nationale.
Lors de la séance de Questions au gouvernement, le débat a déjà débuté à l'Assemblée nationale. A cette occasion, Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre, a déjà donné son avis sur La question. «Il faut cesser de confondre la vie privée et la vie publique du chef de l'Etat.»
15h56: A Solférino, une «Support party».
Alors que l'Elysée se remplit, il n'y a pas foule au siège du Parti socialiste, rue de Solférino. Pourtant, le PS organise une «Support party» et le fait savoir sur Twitter.

15h55: «Les places sont chères» à la conférence.
Maud Pierron, notre journaliste sur place, indique que la salle qui doit accueillir le conférence du Président est «quasi remplie» et que «les places sont chères». Plus de 600 journalistes sont accrédités pour l'événement.

Les journalistes commencent déjà à arriver. Et les meilleurs chaises sont réservées. Le président de la République, François Hollande, tient, ce mardi à 16h30, sa troisième conférence de presse depuis son élection. Dans la salle, plus de 600 journalistes sont attendus. Et parmi eux, il y a forcèment celui qui posera LA question: qui est aujourd'hui la première Dame de France? Valérie Trierweiler ou Julie Gayet.

Perturbé par les révélations sur sa vie privée, François Hollande devra sans doute batailler pour aborder la question de la politique économique, sujet qu'il a déjà défloré lors de ses voeux du 31 décembre.