François Hollande arrive dans la salle de réception de l'Elysée pour sa conférence de presse semestrielle le 16 mai 2013.
François Hollande arrive dans la salle de réception de l'Elysée pour sa conférence de presse semestrielle le 16 mai 2013. — P. KOVARIK / AFP

Politique

EN DIRECT. Conférence de presse: Hollande évoque 15 milliards d'économies en 2014... Valérie Trierweiler «se repose»...

En pleine tourmente, le président de la République reçoit les journalistes à l'Elysée...

 

19h12: Fin de la conférence de presse
Après presque trois heures de conférence de presse, François Hollande met fin à la conférence de presse. Visiblement, il y a pris du plaisir puisqu'il a répondu à de nombreuses questions, même après avoir dit qu'il n'en prendrait plus qu'une. Merci d'avoir suivi le live. Vive la France et la République!
18h53: En quoi l'image du chef d'Etat compte?
Question d'un journaliste étranger sur la vie privée. «En France, nous avons un certain nombre de principes, de valeurs sur le respect de la vie privée»
18h48: Questions sur la RCA et les Antilles
«Sur la RCA, nous n'intervenons pas sur le choix des dirigeants centrafricains. Nous demandons l'arrêt des exactions, des violences. Si une solution politique peut y contribuer, tant mieux.»
«Les taux de criminalité en Martinique et en Guadeloupe sont trop élevés et appellent des réponses.»
18h45: Dernière question...
Le pacte de responsabilité s'appelait le pacte de confiance et avait été proposé par M. Gattaz du Medef. Il chiffrait à un million le nombre d'emplois qu'apportera le pacte.
«M. Gattaz et le patronat depuis des mois discute d'un pacte et donne des chiffres que nous ne pouvons pas retenir. Ce qui compte, ce sont les contreparties vis-à-vis du patronat qui devront être discutées et négociées. Baisse des charges d'un côté, contreparties de l'autre!»


18h44: Comment va Valérie Trierweiler?
«Elle se repose», répond François Hollande.

18h44: Le retour de la vie privée
Un président de la République peut-il encore avoir une vie privée? interroge Nicolas Domenach.

18h35: Y-a-t-il un monde entre le discours du Bourget et celui du jour?
«Je vous remercie de citer le discours du Bourget qui reste ma référence. La finance, c'est nous qui avons fait une loi bancaire qui a permis d'avoir plus de contrôle sur les établissements financiers. Je fais en sorte de maîtrise la finance. Et là dessus, il n'y a pas de contradiction.»
18h28: Quid de la rencontre avec le pape François?
«Je veux m'en entretenir avec lui. Notamment sur le dossier syrien. Il peut aussi être utile dans le cadre de la négociation entre Palestiniens et Israéliens et sur les chrétiens d'Orient, menacés et obligés de fuir. Et puis, en 2015, la France va organiser la conférence sur le climat. Nicolas Hulot, notre ambassadeur pour la planète, s'est rendu au Vatican et il a souhaité que ces autorités spirituelles appellent à ce que chacun comprenne les enjeux de cet événement. Je crois que le pape peut ête un acteur majeur dans cette perspective» 

18h26: En 2013, deux fois plus de Roms ont été expulsés. Est-ce une volonté gouvernementale?, questionne un journaliste
«Il n'y a pas d'autre règle que le respect de la loi. J'ai toujours veillé à faire respecter le principe d'accueil, mais dans le droit. Il faut traiter ce sujet au niveau européen: tous les pays doivent coopérer. ET si vous me demandez si on a à rougir sur ce que nous avons fait, la réponse est non. Et il n'y a pas de politique du chiffre aujourd'hui, nous avons appliqué structement le droit».

 
18h24: «L'affaire Léonarda, je considère qu'elle est réglée. Personne n'est revenu», note le président