Sondage: Les Français se sentent délaissés par les politiques

A. S.
— 
Un isoloir, à Strasbourg au premier tour des législatives le 10 juin 2012.
Un isoloir, à Strasbourg au premier tour des législatives le 10 juin 2012. — G. VARELA / 20 MINUTES

Les résultats de la cinquième vague du baromètre de la confiance politique du Cevipof*, dévoilés lundi, font apparaître un écart croissant entre les Français et la classe politique. «Nous atteignons des niveaux vertigineux que nous n'avons jamais connus», constate Pascal Perrineau, cité par lefigaro.fr. «87 % des Français considèrent que les responsables politiques se préoccupent peu ou pas du tout des gens comme eux. C'est hallucinant! Cela représente six points de plus par rapport à 2009. Nous approchons les 90%, nous n'avions jamais connu une telle dégradation.»

Pascal Perrineau souligne que de tels niveaux de défiance atteignent un «record», même s’il était «déjà très haut» dans le dernier baromètre. L’heure est au pessimisme généralisé. 60% des Français considèrent que leur situation financière va se dégrader dans les prochains mois, 65% pensent que la situation du pays va se dégrader et 69% considèrent que les entreprises françaises ne sont pas compétitives.

 

 

Dégoût, ressentiment et colère

L'une des autres révélations du baromètre est l'apparition du sentiment inédit de «dégoût», rapporte lefigaro.fr. Pour Pascal Perrineau, ce terme très fort est un signe: «On ne peut pas l'interpréter simplement comme la montée irrésistible d'une indifférence. C'est beaucoup plus fort que cela. Aujourd'hui sont exprimés du ressentiment et de la colère.» Pour la première fois depuis 2009, la morosité arrive en tête des sentiments qui caractérisent le plus les Français : 34% d'entre eux estiment qu'il s'agit là du terme qui caractérise le mieux leur état d'esprit. Soit trois points de plus qu'en décembre 2012. Seuls 15% se disent sereins (-5 points en un an), 14% éprouvent du bien-être (-4 points), et 8 % se disent enthousiastes (-4 points).

Par ailleurs, 69% des Français estiment que leur démocratie ne fonctionne pas bien (plus de 21 points par rapport à 2009). Seule institution pour laquelle les Français affichent plus de 50% de confiance, la structure municipale (62% devant le conseil régional à 50%, suivi du conseil général à 48%, du Sénat à 38% et de l’Assemblée nationale à 36%). C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le PS tentera de protéger au maximum ses municipalités socialistes du sentiment général de défiance exprimé vis-à-vis de François Hollande et de sa politique nationale. Tout sera fait pour municipaliser au maximum les élections de mars. C'est une façon aussi de souligner que la lucidité et la prudence des élus locaux de gauche devrait les inciter fortement à ne pas se bousculer pour recevoir des ministres du gouvernement Ayrault sur leurs terres.

* : Réalisée par OpinionWay du 25 novembre au 12 décembre 2013 auprès d'un échantillon de 1803 personnes, représentatif de la population française inscrite sur les listes électorales.