Florian Philippot se sent-il «mal au FN»?

POLITIQUE C'est ce qu'affirme Nicolas Dupont-Aignan...

M.P. avec AFP

— 

Florian Philippot, le bras droit de Marine Le Pen, le 20 mai 2012, Freyming-Merlebach, en Moselle.
Florian Philippot, le bras droit de Marine Le Pen, le 20 mai 2012, Freyming-Merlebach, en Moselle. — J.-C. VERHAEGEN / AFP

Nicolas Dupont-Aignan tente-t-il de récupérer Florian Philippot, le vice-président du FN et bras droit de Marine Le Pen? En tout cas, le député de l'Essonne a affimé dimanche que Florian Philippot, qui lui a fait maints appels du pied, se sent «très mal» dans son parti.

«Je crois que M. Philippot, au fond, se sent très mal au Front National» car «il s'aperçoit que le FN n'a changé qu'en façade» après avoir «peut-être eu l'espoir de le changer», a déclaré l'ex-candidat à l'Elysée sur la radio RCJ. «J'ai toujours dit qu'il était stupide d'associer Mme Le Pen à M. Le Pen père», a poursuivi le souverainiste qui se revendique du gaullisme.

«Pour autant, Mme Le Pen est ambiguë, elle a gardé l'arrière-boutique tout en changeant la vitrine». «Et dans la vitrine, elle a mis un nouveau vendeur qui ne pense pas, j'en suis certain, ce que pense le père, M. Philippot», a poursuivi Nicolas Dupont-Aignan.

Philippot, un profil atypique au FN

«M. Philippot se dit: si M. Dupont-Aignan pouvait venir avec moi, je me sentirais peut-être moins seul»,  a expliqué le député-maire de Yerres pour justifier les mains tendus du n°2 du FN à son égard. «Mais pour moi, le FN est le meilleur allié du système. Le PS, qui a tout échoué, ne compte plus que sur le FN pour se maintenir au pouvoir et l'UMP, qui n'a plus d'imagination et qui n'a pas de programme, n'a que le FN à la bouche», a accusé Nicolas Dupont-Aignan.

Adhérent au FN depuis 2008, Florian Philippot a un profil qui, à l'origine, a détonné au FN: venu du chevènementisme, il est l'un des premiers énarques à s'assumer frontiste. Il se revendique également du gaullisme, alors que le général de Gaulle est une figure honnie au FN, en raison notamment de la décolonisation de l'Algérie qu'il a mis en oeuvre.