Jean- Marc Ayrault invité du 20h de TF1: L'inversion de la courbe du chômage, «nous y sommes quasiment»

Delphine Bancaud

— 

Jean-Marc Ayrault à Metz le 5 octobre 2013.
Jean-Marc Ayrault à Metz le 5 octobre 2013. — POL EMILE / SIPA
Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivi.
20h24: Ayrault solide face à ses concurrents
Interrogé sur la rivalité qu'entretiennent avec lui certains socialistes lorgnant sur Matignon, Ayrault reste impassible. «J'ai la confiance du président de la République». «Je suis au service des Français, pas autre chose. Je ne me pose pas la question de ma carrière».
20h23: Ferme sur l'intégration des étrangers
Sur le rapport concernant l'intégration, Ayrault refuse la polémique: «Il n'y aura pas de remise en cause de la loi qui interdit le voile à l'école». «La laïcité est une force», renchérit-il.
20h22: «Venez investir en France»
«Nous avons un avantage: c'est le crédit impôt recherche», déclare-t-il, en réponse à une question sur la tribune des patrons dans Les Echos.
20h20: La réussite de la réforme de la formation pro
Il revient sur la réforme de la formation professionnelle. Qui est un succès selon lui et va aider les chômeurs à retrouver un emploi.
20h18: Optimiste sur l'emploi
«Nous y sommes quasiment», déclare t'il concernant l'inversion de la courbe du chômage. «Cet objectif de l'inversion de la courbe du chômage, nous allons l'atteindre». A près 5 ans de croissance zéro, la France retrouve sa croissance, selon lui. «Il faut se battre pour continuer».

20h17:Ayrault justifie le modèle français
Le Premier ministre explique que la Grande Bretagne n'est pas un modèle fiscal.
20H16: «François Hollande, nous sommes en total accord»
Ayrault nie toute dissension dans le gouvernement sur le dossier fiscal.
20h14: «La priorité c'est la croissance et l'emploi»
Sur l'absence de pause fiscale en 2014, le Premier ministre explique qu'il est impératif de baisser le coût du travail.
20h12: Le Premier ministre justifie la remise à plat de la fiscalité
Jean-Marc Ayrault est interrogé sur sa promesse de ne pas augmenter les impôts des classes moyennes. Il explique que le système fiscal est devenu trop complexe et ne permet pas aux Français de le comprendre. «20% de nos règles fiscales changent
chaque année. Il faut plus de simplicité et de stabilité
En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/economie/reforme-fiscale-ayrault-devoile-son-calendrier_421183.html#hrVUOVak8IyfBGP0.99cha
chaque année. Il faut plus de simplicité et de stabilité»,  selon lui.

Le premier ministre sera l'invité du JT de TF1, ce  jeudi soir. Il devrait faire le point sur plusieurs dossiers: la réforme fiscale, le rapport sur l'intégration... Une intervention délicate alors que la popularité du chef du  gouvernement demeure très basse, 28% des personnes interrogées ayant une bonne  opinion de son action, selon un sondage de BVA paru lundi.