Européennes: Bernard Accoyer ne veut pas de Nadine Morano en tête de liste

M. Go.

— 

Nadine Morano lors d'un colloque des «Amis de Nicolas Sarkozy», en février 2013 à Paris.
Nadine Morano lors d'un colloque des «Amis de Nicolas Sarkozy», en février 2013 à Paris. — PATRICK KOVARIK / AFP

Pendant toute l’interview donnée au Monde, il n’est presque question que de Nadine Morano. L’ancienne députée de Meurthe-et-Moselle devrait être nommée tête de liste pour la zone Grand-Est des élections européennes. Elle se targue du soutien de Nicolas Sarkozy et continue à ruer dans les brancards, sur les réseaux sociaux ou dans les émissions, alors qu’elle n’est plus députée.

«Le député européen de 2014 devra être une personnalité compétente»

 Et cela exaspère certaines voix de l’UMP.«Les élections européennes sont très importantes pour les intérêts de notre économie et des Français. Il s'agit-là d'une raison supplémentaire pour que l'UMP choisisse avec discernement et objectivité ses candidats», déclare ainsi Bernard Accoyer, député de Haute-Savoie qui charge ensuite l’ancienne porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy. «Le député européen de 2014 devra être une personnalité compétente, reconnue, bilingue, influente et assidue au Parlement, plutôt que d'être sur les plateaux de télévision ou dans l'antichambre des partis politiques (…). La question que je pose, si elle doit remplacer quelqu'un, est: qu'apporterait-elle de plus?» interroge-t-il.

Attaques contre les partis français

Au-delà de Nadine Morano qui est attaquée sur ses compétences, l’ancien président de l’Assemblée nationale remet en cause la façon dont les partis français envisagent les élections européennes. «A chaque renouvellement, la France est le seul pays de l'Union à envoyer autant de novices au Parlement européen! L'UMP a le devoir de changer cette coûteuse habitude et de se distinguer ainsi du PS», attaque Accoyer, qui se fait volontairement naïf. «Je ne peux pas croire que la récompense prime sur la compétence dans la désignation de nos candidats.» Battue aux législatives en 2012, Morano appréciera.