Rachid Nekkaz condamné à 18 mois avec sursis pour avoir acheté un parrainage à la présidentielle

JUSTICE L'activiste disait vouloir démontrer la fragilité de la procédure électorale...

E.O. avec AFP

— 

Rachid Nekkaz, le 3 janvier 2012 à Paris.
Rachid Nekkaz, le 3 janvier 2012 à Paris. — Francois Mori/AP/SIPA

L'activiste Rachid Nekkaz a été condamné ce jeudi à 18 mois de prison avec sursis et à 5.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Paris pour l'achat du parrainage d'un maire à la présidentielle de 2012, par lequel il disait vouloir démontrer la fragilité de la procédure électorale.

Le maire de la petite commune de Mertzen (Haut-Rhin), Charles Schwartzentruber, qui avait accepté 648 euros en liquide de Nekkaz en échange de son parrainage, a écopé de 2.000 euros d'amende pour corruption passive.

Plainte de Debré pour corruption

Dans ses réquisitions le 24 octobre, la procureure avait réclamé trois ans de prison, dont six mois ferme à l'encontre de Nekkaz et un an avec sursis contre Charles Schwartzentruber. Le jugement avait été mis en délibéré.

Rachid Nekkaz disait vouloir démontrer la fragilité et la corruptibilité du système des parrainages. Il avait annoncé aux médias les conditions d'achat de cette signature avant son dépôt au Conseil constitutionnel, ce qui avait rendu le document invalide. Le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré, qui avait mis en garde contre toute manipulation de la procédure des parrainages, avait alors porté plainte pour «corruption  contre Rachid Nekkaz qui avait été interpellé et mis en examen. Ce délit est passible de dix ans de prison. 

Rachid Nekkaz est connu pour payer les amendes des femmes portant le voile intégral. En septembre, il avait également été condamné pour avoir loué des logements indignes.