Congrès EELV: Vers l'élection d'Emmanuelle Cosse, après un accord entre deux motions

POLITIQUE La motion «Pour un cap écologiste», soutenue par Cécile Duflot, était arrivée en tête des votes des militants...

avec AFP

— 

Emmanuelle Cosse arrive au congrès d'EELV, le 30 novembre 2013 à Caen.
Emmanuelle Cosse arrive au congrès d'EELV, le 30 novembre 2013 à Caen. — CHARLY TRIBALLEAU/AFP

Le congrès d'Europe Ecologie-Les Verts s'orientait samedi à Caen vers l'élection à la tête du parti d'Emmanuelle Cosse, après un accord entre la motion majoritaire soutenue par Cécile Duflot et une autre motion.

Peu avant 14h, trois motions ont été déposées, a annoncé le parti: «Pour un cap écologiste» d'Emmanuelle Cosse, soutenue par Cécile Duflot (38,29% des votes des militants) a fusionné avec «Via écologica» (17,07%) tandis que LMP (20,58%) d'Yves Cochet, plus à gauche, a fusionné avec «Avenir écolo» (6,30%) et, troisième liste, «LOVE» d'Eva Joly (8,76%). Arithmétiquement, Emmanuelle Cosse devrait donc l'emporter lors du vote des délégués.

Nombreux soutiens à Emmanuelle Cosse

«J'attends les votes et sinon on sera dans l'opposition (...) Sur le papier, ils ont gagné mais politiquement c'est honteux», a déclaré à la presse Yves Cochet. «J'attends le vote des délégues», «il est anormal que le même groupe dirige deux ministres, la présidence du groupe au Sénat, la présidence du groupe à l'Assemblée nationale et la direction du parti, c'est anti démocratique», a-t-il poursuivi.

«Pour un cap écologiste» est soutenue par les deux ministres EELV, Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement), les chefs de file des parlementaires, Jean-Vincent Placé au Sénat, Barbara Pompili et François de Rugy à l'Assemblée nationale, et le numéro un du parti, Pascal Durand.