La retraite chapeau de Philippe Varin fait réagir la classe politique

M.P. avec AFP

— 

Philippe Varin, le 13 février 2013 lors d'une conférence à Paris.
Philippe Varin, le 13 février 2013 lors d'une conférence à Paris. — Francois Mori/AP/SIPA

La retraite chapeau de 21 millions d’euros de Philippe Varin a suscité d’importantes réactions dans la classe politique, des vives critiques aux commentaires embarrassés. Sur Radio classique, Bruno Le Maire y est allé franco: «Je suis choqué. Partir avec une retraite de cette importance-là quand on a échoué à la tête de Peugeot, quand on n'a pas été capable de sauver un certain nombre d'emplois, quand on demande des efforts aux salariés, je trouve ça tout simplement indécent.» Cette retraite chapeau «pose comme toujours la question des excès du capitalisme», a réagi Hervé Morin pour l’UDI, dans un communiqué. Elle «choque légitimement les Français au moment où il est demandé d'immenses efforts aux salariés de PSA».

«C’est déjà arrivé que des dirigeants y renoncent»

Pour Malek Boutih, «si PSA était un groupe qui, sur ses propres émoluments, voulait donner 21 millions à quelqu'un qui part, il aurait la liberté», mais «ce groupe vient de demander des aides extrêmement importantes à l'Etat», a-t-il relevé. «C'est irresponsable et c'est une folie. Dans les circonstances actuelles et dans la situation dans laquelle se trouve Peugeot, si cela était confirmé, ce serait scandaleux et il faut immédiatement mener les procédures pour bloquer une telle affaire», a réclamé Jean-Michel Baylet. Le Front national a également exprimé sa «stupeur et son «écœurement».

D’autres élus sont bien plus tempérés dans leurs commentaires. Comme Jean-Louis Borloo, sur RMC:«S'il y a une espèce de départ aussi tonitruant en terme de retraite, je pense vraiment... C'est déjà arrivé que des dirigeants y renoncent, c'est arrivé en Suisse, en Allemagne, en France. Je n'ai pas à lui donner de leçon mais ça me paraît excessif.» Ou l’UMP Bernard Accoyer, sur iTélé: «Il serait bienvenu que les plus hauts dirigeants, lorsque les résultats ne sont pas bons, et ils sont en passe de s'améliorer chez PSA mais ils n'ont pas été très brillants ces derniers temps, qu'il y ait en quelque sorte une diminution ou un renoncement de ces avantages. Je ne me permettrais pas d'intervenir dans ce domaine, c'est à lui d'y réfléchir».

Des députés PS, dont Yann Galut, menacent même de «porter ce sujet au sein de l'hémicycle pour que soient beaucoup plus sévèrement encadrées les retraites chapeaux» si Philippe Varin ne renonçait pas à sa retraite complémentaire. Le député Thomas Thévenoud a jugé que «le législateur ne pourra pas se désintéresser éternellement de ces rémunérations excessives à l'heure où chacun est appelé à faire des efforts». Pour la secrétaire nationale du PS à l’Economie, Karine Berger a estimé qu' «il faut reprendre à la base la législation sur les retraites chapeaux pour vérifier ce qui est possible ou pas».