Municipales à Paris: Danièle Simmonet (PG) présente les têtes de listes «A Paris, place au peuple!»

MUNICIPALES La candidate du Parti de Gauche pour Paris promet une «campagne différente» avec des «karaokés dans le métro contre l'injustice fiscale»...

avec AFP

— 

Danielle Simonnet, conseillère de Paris et secrétaire nationale du Parti de Gauche, en tractage sur un marché à Paris, le 20 novembre 2013.
Danielle Simonnet, conseillère de Paris et secrétaire nationale du Parti de Gauche, en tractage sur un marché à Paris, le 20 novembre 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

La secrétaire nationale du Parti de Gauche, Danièle Simmonet, a présenté mardi les têtes de listes qui se présentent au municipales à Paris sous le slogan «à Paris, place au peuple», en autonomes après le choix des communistes parisiens de s'allier avec le PS dès le premier tour.

Mélenchon et Corbière candidats

La liste, où s'affichent des cadres du parti comme Alexis Corbière, respectivement secrétaire national du PG et 1er adjoint à la mairie du 12e, comporte des représentants d'autres composantes du Front de gauche comme Danièle Obono, membre de Convergences et Alternative dans le 3e arrondissement, Jean-Claude Coqueret, des Alternatifs, dans le 13e ou Ingrid Hayes de la Gauche Anticapitaliste dans le 19e arrondissement. «Le Front de Gauche n'est pas un cartel d'organisations, c'est une stratégie visant à créer une alternative et c'est nous qui l'incarnons, le PCF faisant le choix de rompre la stratégie du FG», a souligné Danièle Simmonet, tête de liste dans le 20e arrondissement où elle n'écarte pas «l'hypothèse d'être en tête au 1er tour».

«Nous regrettons ce choix que nous n'arrivons pas à comprendre, c'est l'exception parisienne», a renchéri Alexis Corbière. Ils ont précisé que des militants communistes «à titre individuel», comme Xavier Duchaussoy tête de liste dans le 17e, rejoignaient leur campagne.

Liste paritaire et diverse

Strictement paritaire, leur liste se veut «très riche, très diverse» avec des représentants associatifs des familles sans papier, des handicapés, des LGBT (Lesbiennes, gay, bi et trans), des mal-logés mais aussi des syndicalistes comme David Fremiot, agent de sécurité à l'Hôtel Dieu et tête de liste dans le 4e.

Des karaokés dans le métro

«Notre dynamique est bien lancée», a assuré Danièle Simmonet, regrettant que la campagne «reste médiatiquement trop concentrée» sur les candidates de l'UMP Nathalie Kosciusko-Morizet qualifiée de «candidate de l'UMP classique des riches Parisiens» et de la socialiste Anne Hidalgo qui «accompagne la politique de l'austérité» du gouvernement.

«Notre campagne doit être l'occasion pour le peuple de gauche de dire son refus de la politique d'austérité» a-t-elle affirmé, annonçant une «campagne différente» avec des «karaokés dans le métro contre l'injustice fiscale» ou des «hommes sandwiches dans les centres commerciaux».