Désormais, Valérie Trierweiler ne «se taira plus»

POLITIQUE La compagne de François Hollande veut, comme Danielle Mitterrand, son modèle, s'exprimer librement dans le domaine humanitaire...

N. Beu. avec AFP

— 

Valérie Trierweiler, le 14 septembre 2013.
Valérie Trierweiler, le 14 septembre 2013. — Lionel Bonaventure/AP/SIPA

Valérie Trierweiler ne «se taira plus». C'est ce que la compagne de François Hollande a promis, vendredi, dans un discours à l'occasion de la remise du prix Danielle Mitterrand, à qui elle s'est de nouveau référée comme modèle.

«Danielle Mitterrand ne prenait pas la pose, elle prenait des positions. Des positions courageuses», a lancé celle qui est devenue l'année dernière ambassadrice de France Libertés, l'association fondée par Danielle Mitterrand. «Elle était une première dame qui refusait la soumission, elle n'était guidée que par le désir de justice et de liberté. Y compris quand elle devait afficher un désaccord avec le Président Mitterrand. Elle n'avait pas peur de porter haut les valeurs de gauche. Elle ne se laissait pas bâillonner. Elle n'avait pas peur du mot “politique"», a-t-elle poursuivi. «Voilà ce que j'ai appris de cette grande dame. Voilà pourquoi elle est aujourd'hui mon modèle», a-t-elle affirmé, en ajoutant: «Je ne me tairai plus.»

Une phrase qui interroge: Valérie Trierweiler se serait-elle contrainte au silence, notamment après l'épisode Falorni-Royal? Une version que l'entourage de la «première dame» a démentie, explique Le Lab, selon lequel cette petite phrase se rapporte exclusivement aux «scandales humanitaires». «En devenant ambassadrice de la Fondation, Valérie Trierweiler a également accepté les combats humanitaires qu'elle mène. La prise de parole pour pointer les problèmes est nécessaire», résume ainsi l'un de ses proches.