François Hollande rend un hommage appuyé et complice à Jacques Chirac

POLITIQUE Le chef de l'Etat a notamment salué l'action de son prédécesseur et ses engagements en faveur des droits de l’homme...

Enora Ollivier

— 

François Hollande, le 21 novembre 2013, lors de la remise des prix de la Fondation Chirac, au musée du quai Branly, à Paris.
François Hollande, le 21 novembre 2013, lors de la remise des prix de la Fondation Chirac, au musée du quai Branly, à Paris. — Enora OLLIVIER / 20 Minutes

Quand, cet été, François Hollande avait donné son bras à Serge Dassault, 88 ans, pour l’aider à monter des marches au salon du Bourget, le Président avait plaisanté: «C’est l’Etat qui soutient Dassault, comme d’habitude!» Mais ce jeudi, c’était François Hollande, l’homme, qui, en prêtant son épaule à Jacques Chirac pour qu’il puisse faire quelques pas, montrait à son prédécesseur sa considération.

«Je vous retrouve avec plaisir hors de notre Corrèze commune!» Le chef de l’Etat a ensuite rendu hommage, dans un discours empreint de complicité et d’une certaine émotion, à un Jacques Chirac affaibli. Le Président participait à la remise des prix de la Fondation de son prédécesseur, au musée du Quai Branly, décernés au docteur congolais Denis Mukwege et à l’organisation Femmes Africa solidarité.

«Détermination dans la lutte contre la xénophobie»

François Hollande, donnant du «cher Jacques Chirac» à l’ancien chef de l’Etat qui se tenait face à lui, a expliqué avoir «tenu à être présent, d’abord pour vous saluer, vous». Il a commencé par féliciter le vieil homme pour «ses engagements qui vont au-delà des différences politiques ou des mandats exercés». Et de poursuivre: «Vous avez illustré la diversité culturelle, le respect de toutes les civilisations.» D’aucuns y verront une référence aux propos polémiques de Claude Guéant sur les civilisations, alors ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy , en pleine campagne présidentielle…

Le Président s’est évidemment bien gardé de critiquer d’une quelconque façon le bilan de l’ancien locataire de l’Elysée. Il a continué l’éloge en soulignant «la détermination» de son prédécesseur «dans la lutte contre la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme, contre tout ce qui peut mépriser l’autre ou entretenir la haine».

Franche accolade

«Chacun se souvient de votre engagement pour prévenir les conflits, et notamment votre refus en son temps [en 2003] de la guerre en Irak, et ici chacun peut vous en remercier», a encore lancé François Hollande, saluant aussi le discours de Jacques Chirac sur le réchauffement climatique en 2002 ainsi que sa défense de la justice internationale.

Les mots ont été accompagnés de gestes forts, et c’est par une franche accolade que les deux hommes se sont quittés, après s’être enserrés chaleureusement les mains.

L’estime mutuelle entre François Hollande et Jacques Chirac est bien connue, notamment depuis que l’ex-chef de l’Etat avait fait part, en 2011, de son souhait de voter pour le socialiste à la présidentielle. «De l’humour corrézien», avait par la suite tempéré son entourage. François Hollande a rendu visite à son prédécesseur au printemps, à l’occasion d’un déplacement en Corrèze, comme il l’avait fait en 2012.