NKM accuse Hidalgo de préparer sans le dire des augmentations d'impôts

PARIS La candidate UMP a dit avoir des «preuves» de ce projet de hausse, que la candidate socialiste a démenti...

M.Gr. avec AFP

— 

 La candidate UMP à la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet lors de la présentation de son projet pour les municipales à Paris le mardi 5 novembre 2013.
 La candidate UMP à la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet lors de la présentation de son projet pour les municipales à Paris le mardi 5 novembre 2013. — WITT/SIPA

Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) a accusé ce mardi Anne Hidalgo (PS), son adversaire pour la mairie de Paris, de prévoir d'augmenter les impôts si elle est élue en mars, contrairement à ce qu'elle affirme, et promis de dévoiler mercredi ses «preuves».

«J'ai en ma possession des preuves d'un plan d'augmentation d'impôts qui est préparé par Anne Hidalgo si les Parisiens la choisissaient en mars», a déclaré la députée UMP et ancienne ministre sur i>TELE.

>> Pour poser vos questions à Nathalie Kosciusko-Morizet, c'est par ici

«J'ai ces documents, a-t-elle ajouté, parce que des fonctionnaires de la municipalité sont aujourd'hui exaspérés (...) par l'attitude d'une élue qui sur les plateaux de télévision s'engage à ne jamais augmenter les impôts, et qui dans la réalité (...) prépare et fait préparer par ses services des augmentations d'impôts». «Je présenterai demain (mercredi) à la presse ces preuves. J'ai quelques précautions à prendre (...), quelques vérifications à faire», a dit NKM.

Elle a établi une distinction entre Anne Hidalgo, qui renierait ainsi ses promesses, et le maire sortant Bertrand Delanoë «qui en 2008 avait dit aux Parisiens qu'il augmenterait les impôts». «Au moins (de sa part, ndlr) il y a cette honnêteté là», a-t-elle dit. Alors que le Conseil de Paris a débattu ce mardi des orientations budgétaires de la Ville pour 2014, la candidate UMP a reproché à la municipalité d'afficher pour l'an prochain une dette de 4 milliards d'euros, selon elle quadruplée par rapport à 2001.

Anne Hidalgo dément

Il y a aussi, a-t-elle affirmé, «une dette cachée de 160 millions» liée au financement du chantier de la Philharmonie dans le parc de la Villette (XIXe). Sur ce vaste projet d'équipement musical, fruit d'un partenariat avec l'Etat et la Région Ile-de-France, la Ville a délégué les emprunts (sur lesquels elle est caution) à une structure ad hoc. Bernard Gaudillère (PS), adjoint au maire chargé des finances, interpellé en Conseil de Paris par l'UMP, a démenti toute volonté d'«insincérité» de la ville sur ce projet.

Interrogée en fin de journée sur BFM TV, Anne Hidalgo a réagi à ces accusations. «Je me demande quelle est la crédibilité de ces paroles», s'est d'abord étonnée la candidate socialiste, ajoutant que Nathalie Kosciusko-Morizet avait «une tendance à prendre beaucoup de distance avec la vérité. Je ne sais pas quel type de note elle a en sa possession, mais mon engagement est très clair: il n'y aura pas d'augmentation des impôts pendant la prochaine mandature».