Non, la date de mise en place de l'écotaxe n'a pas encore été fixée, assure l'Elysée

ECOTAXE Alors que de nombreuses manifestations anti-écotaxe ont lieu ce samedi, la présidence de la République répond à des allégations du «Monde»...

avec AFP

— 

L'Elysée a assuré samedi qu'aucune date n'avait été décidée pour appliquer l'écotaxe - dont la mise en oeuvre au 1er janvier 2014 a été reportée sous la pression de la rue - infirmant une information du site lemonde.fr qui évoque l'été prochain.
L'Elysée a assuré samedi qu'aucune date n'avait été décidée pour appliquer l'écotaxe - dont la mise en oeuvre au 1er janvier 2014 a été reportée sous la pression de la rue - infirmant une information du site lemonde.fr qui évoque l'été prochain. — Jean-Sébastien Evrard AFP

L'Elysée a assuré ce samedi qu'aucune date n'avait été décidée pour appliquer l'écotaxe - dont la mise en oeuvre au 1er janvier 2014 a été reportée sous la pression de la rue - infirmant une information du site lemonde.fr qui évoque une mise en place l'été prochain.

Selon le site du quotidien, «l'écotaxe sera bien mise en place mais sans doute pas avant l'été 2014», le gouvernement souhaitant «laisser le temps aux esprits de s'apaiser - et aux échéances électorales de passer». «La date du 1er juillet 2014 serait désormais évoquée», ajoute le site. Interrogée par l'AFP sur ces informations, la présidence de la République répond que «non, rien n'est décidé à ce stade».

Manifestations anti-écotaxe dans tout le pays ce samedi

Jean-Marc Ayrault a choisi la semaine dernière de reporter la mise en oeuvre de l'écotaxe sur l'ensemble du territoire pour une durée indéterminée, reculant sous la pression du mouvement d'hostilité en Bretagne.

Mais la mesure n'a pas pour autant calmé la colère des opposants, qui semble s'étendre: samedi plusieurs manifestations anti-écotaxe se sont déroulées en Ille-et-Vilaine, près de Lyon, Marseille et dans le Nord, des bornes ont été dégradées dans le Gard et un portique visé à Paris.

«Je ne vois pas l'intérêt pour le gouvernement de fixer un terme» pour une nouvelle mise en oeuvre de cette taxe controversée, a déclaré à l'AFP Jean-Jacques Urvoas, député PS du Finistère et président de la commission des lois à l'Assemblée nationale. Pour lui, fixer une nouvelle date pourrait au contraire contribuer à générer davantage mobilisation.