L'Alternative: Bayrou et Borloo scellent l'union UDI-MoDem

POLITIQUE Le président du MoDem et celui de l'UDI se sont retrouvés après plus de onze ans de séparation...

Delphine Bancaud
— 
Jean-Louis Borloo de l'UDI et François Bayrou du Modem officialisent leur union politique baptisée «l'Alternative» lors d'une conférence de presse à la Maison de la chimie à Paris, le 5 novembre 2013.
Jean-Louis Borloo de l'UDI et François Bayrou du Modem officialisent leur union politique baptisée «l'Alternative» lors d'une conférence de presse à la Maison de la chimie à Paris, le 5 novembre 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Les présidents du MoDem, François Bayrou, et de l'UDI, Jean-Louis Borloo, ont officialisé ce mardi le rapprochement  de leurs formations au sein d'un rassemblement intitulé «UDI-MoDem: l'Alternative». «Nous  avons décidé de nous  rassembler, de rassembler toutes nos forces face à  la situation de  désarroi et de désespérance de notre pays», a déclaré  le président de l'UDI, Jean-Louis Borloo.

Après plus de onze ans de séparation, Jean-Louis Borloo et  François Bayrou vont s'allier pour les élections de 2014 et tenter de  profiter de la désaffection dont souffrent à la fois le PS et l'UMP. Ils proposent dans leur  charte, lancée mardi, une «alternative»  visant à protéger la France des  extrêmes, sur la base d'une alliance  «impossible avec le PS» et d'un  partenariat «naturel» avec la droite  républicaine.

«Nous nous présenterons ensemble à toutes les élections  nationales,  régionales et européennes», expliquent les deux présidents  de partis  dans ce contrat de quatre pages scellant l'union de leurs  formations  pour donner naissance à «UDI MoDem l'alternative». «Notre candidate ou notre candidat à l'élection présidentielle sera désigné(e) en commun par une procédure démocratique». Les élections locales, elles, «obéissent à une logique de territoire, tout en s'inscrivant dans une cohérence nationale».

Il y a «urgence» à agir, selon eux

Pour les deux hommes, il y a «urgence», car «les Français,  désabusés  par les alternances, n'aperçoivent plus de solution politique  au point  qu'ils sont tentés par un extrémisme qui conduirait au chaos». «Face à cette situation, des signes de fragilité se  multiplient, au  sein même de certains courants républicains»,  ajoutent-ils dans une  allusion à l'UMP.

«L'alliance avec le PS et les appareils de la coalition au  pouvoir est impossible. En ce qu'elle respecte les valeurs humanistes,  la droite républicaine est naturellement notre partenaire politique»,  poursuivent-ils. La majorité pouvant aller «jusqu'aux sensibilités  écologistes et sociales-démocrates».

Ils se décrivent comme humanistes, républicains, démocrates,  réformistes, Européens, «porteurs d'une exigence de développement  durable». Un comité exécutif de l'UDI et de l'équipe dirigeante du  MoDem assurera la coordination politique de la nouvelle formation. Tous  les parlementaires du MoDem et de l'UDI en seront membres. Un bureau  exécutif restreint sera désigné.