EELV: Duflot défend la suspension de l'écotaxe et son poste au gouvernement

POLITIQUE «La question essentielle, c'est celle de l'action», estime la ministre...

20 Minutes avec AFP
— 
La ministre du Logement, Cécile Duflot, a défendu mercredi l'action et le maintien des écologistes au gouvernement, tout en reconnaissant pour la première fois que la question de leur présence "se pose".
La ministre du Logement, Cécile Duflot, a défendu mercredi l'action et le maintien des écologistes au gouvernement, tout en reconnaissant pour la première fois que la question de leur présence "se pose". — Martin Bureau AFP

La ministre du Logement, Cécile Duflot, a défendu mercredi  l'action et le maintien des écologistes au gouvernement, tout en  reconnaissant pour la première fois que la question de leur présence «se  pose».

«Bien sûr oui, il est légitime qu'elle se pose, mais la question essentielle, c'est celle de l'action», a estimé la ministre, interrogée sur Europe 1 au sujet d'un éventuel départ du gouvernement.

Une «bonne décision»

Interpellée sur les contradictions entre les positions de   Jean-Vincent Placé, le chef de file d'EELV au Sénat, et le discours des   ministres écologistes, Cécile Duflot a balayé les critiques. «C'est quand même ceux qui ont le moins envie de voir des   écologistes au gouvernement qui donnent sens à cet argument. (...) Je   considère donc que visiblement la présence des écologistes au   gouvernement n'est pas inutile et dérange certains. Et ça ne me gêne pas   de déranger certains», s'est justifiée la ministre.

Avant la suspension de l'écotaxe par Jean-Marc Ayrault mardi, Jean-Vincent Placé avait estimé que si le gouvernement cédait, il ne faudrait  «pas  qu'il s'étonne qu'il n'ait plus d'autorité sur rien».

Cécile Duflot  a, elle, défendu la «bonne décision» du gouvernement.  «Le Premier  ministre l'a dit très clairement, ce n'est pas un abandon»,  a-t-elle  rappelé, justifiant la suspension par le fait que «quand la  situation  est très tendue, il ne s'agit pas de mettre de l'huile sur le  feu».

Des «moyens d'action»

«La fiscalité écologique est pertinente quand elle permet de  faire  évoluer les pratiques. Ce ne doit pas être quelque chose de  punitif et  supplémentaire», a fait valoir la ministre. Elle a également mis en avant l'action des écologistes dans   plusieurs grands dossiers, comme la rénovation thermique, la   contribution climat-énergie ou l'encadrement des loyers.

Cécile Duflot a  rappelé le «rendez-vous essentiel de la transition  énergétique» et  l'objectif fixé par François Hollande de réduire la  consommation  d'énergie en France de moitié à l'horizon 2050. «Cet objectif, il est extrêmement important et il faut le  traduire  dans les actes», a martelé la ministre qui a conclu: «J'ai été  pendant  10 ans à la direction d'un parti écologique. Je ne le suis plus  et je  préfère avoir les moyens d'action que simplement les moyens   d'expression».