Primaire PS à Marseille: Patrick Menucci tend la main à Samia Ghali qui garde le silence

Vincent Vantighem avec M. P à Marseille

— 

Samia Ghali, le 20 octobre 2013, jour du second tour de la primaire à Marseille.
Samia Ghali, le 20 octobre 2013, jour du second tour de la primaire à Marseille. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Jean-Claude Gaudin, maire UMP de Marseille (Bouches-du-Rhône) et candidat à sa propre succession doit se frotter les mains ce lundi matin. Dimanche, en soirée, il a appris qu’il affronterait finalement Patrick Menucci lors des municipales. Il s’est également rendu compte que le PS portait en ordre dispersé pour cette bataille.

Candidate malheureuse de ces primaires, Samia Ghali n’a pas hésité à faire siffler Jean-Marc Ayrault et François Hollande par ses militants, excluant de fait toute alliance avec Patrick Menucci.

«Même si les chiffres parlent d’eux-mêmes, nous n’avons pas perdu, a-t-elle lancé au siège du Parti socialiste. Notre combat se poursuit. Mais je voudrais dire au gouvernement combien je suis déçue. Je voudrais dire à Jean-Marc Ayrault et à François Hollande que nous sommes avant tout des Marseillais, pas des sous-Marseillais!»

Mandon compare les primaires au PSG

Si les camps des deux candidats semblent plus que jamais opposés, tous les ténors du parti ont appelé, ce lundi matin, au plus large rassemblement afin de faire tomber cette citadelle UMP.

Même Patrick Menucci s'y est mis. Vainqueur de la primaire il a précisé sur ITélé qu'il «travaillait avec Samia [Ghali] depuis des années». «Je sais que nous allons trouver les voies du rassemblement.»

Précisant qu'il verrait sa rivale à la primaire «dans la journée», Patrick Menucci a également annoncé que la place de première adjointe était «acquise» à Samia Ghali si elle le désirait.

Pour Henri Jibrayel, député PS, «l’objectif est atteint. Maintenant, il faut réussir le plus large rassemblement possible et mettre de côté les ego et les querelles de personnes». Le Premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a appelé lui aussi à l’union. «C’est la condition absolument indispensable pour battre la droite et l’extrême droite et pour porter le changement au service des Français», a-t-il déclaré.

Interrogé sur ITélé, ce lundi matin, le député PS Thierry Mandon, a même osé filer la métaphore footballistique pour demander aux deux candidats de faire ami-ami en vue des municipales. «Le Paris-Saint-Germain arrive à faire jouer ensemble Ibrahimovic et Cavani. Nous aussi, on a deux buteurs à Marseille [avec Ghali et Menucci]. Ca va marcher !»

Le député estime que l’alliance entre les deux partisans socialistes prendra «un mois» environ à être entérinée.