Affaire Leonarda: Une porte-parole d'EELV juge «inhumains et incompréhensibles» les propos de Hollande et Valls

POLITIQUE Le parti écologiste évoque toutefois une «initiative personnelle»...

E.O. avec AFP

— 

Leonarda et ses parents dans leur maison temporaire de Mitrovica (Kosovo), le 19 octobre 2013.
Leonarda et ses parents dans leur maison temporaire de Mitrovica (Kosovo), le 19 octobre 2013. — Armend Nimani / AFP

Une porte-parole d'Europe Ecologie-les Verts (EELV) a jugé ce dimanche «inhumains et incompréhensibles» les propos de François Hollande et Manuel Valls sur Leonarda. Le parti, dans ce texte signé Elise Lowy, demande que la collégienne kosovare et sa famille expulsés de France le 9 octobre «puissent revenir sur le territoire au plus vite», de même que le lycéen arménien Khatchit Khachatryan expulsé récemment en Arménie.

«Ce communiqué a été écrit de manière unilatérale par Elise Lowy et n'a été validé par personne», a toutefois précisé à l'AFP le numéro 1 du parti Pascal Durand, tandis que son entourage a parlé d'une «initiative personnelle» de la porte-parole.

«Colère, indignation et incompréhension»

Samedi, François Hollande a proposé à Leonarda, 15 ans, de revenir en France, «seule». «La famille de Leonarda ne reviendra pas», a de son côté indiqué Manuel Valls dans une interview au Journal du Dimanche, en saluant le «geste de générosité» du Président.

«EELV tient à exprimer sa colère, son indignation et son incompréhension», écrit le parti écologiste, l'un des principaux partenaires des socialistes dans la majorité et qui compte deux ministres dans le gouvernement.  «EELV s'étonne que le droit à vivre en famille soit nié à ce point, au mépris des conventions internationales et demande que Leonarda et sa famille puissent revenir sur le territoire au plus vite».

«Discriminations inacceptables subie par les Roms»

«Un autre lycéen, Khatchit Khachatryan, a aussi été expulsé», déplore EELV. «Ces lycéens font les frais des politiques sécuritaires et répressives de nos gouvernements successifs, de cette violence administrative expulsive qui les livre à des circuits dangereusement non balisés pour lesquels ils sont impréparés, avec ou sans famille», selon la porte-parole. «Nous réclamons, comme les dizaines de milliers de lycéens et de personnes qui ont manifesté cette semaine, le retour de Khatchit et de Leonarda et de sa famille», dit-elle.

Selon EELV, la situation vécue par la famille de Leonarda «est aussi à mettre dans le contexte de discriminations inacceptables subie par les Roms».  «Cette situation inacceptable doit cesser, vite», lance le parti vert.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.