VIDÉO. Le FN suspend sa candidate qui a comparé Taubira à un singe

Enora Ollivier

— 

Christiane Taubira, le 11 juillet dans son bureau à Paris.
Christiane Taubira, le 11 juillet dans son bureau à Paris. — M. BUREAU / AFP

«Non, non, ça n’a rien à voir avec du racisme», a tenu à préciser Anne-Sophie Leclere, candidate du Front national à la municipale de Rethel, dans les Ardennes. La jeune femme a assumé pourtant, face à la caméra d’«Envoyé spécial», sur France 2 (à partir de 34'10), le montage qu’elle a diffusé sur sa page Facebook, montrant une photo de Christiane Taubira accolée à celle d’un singe. «A la limite, je préfère la voir dans un arbre après les branches (sic) que de la voir au gouvernement», a-t-elle poursuivi dans un reportage diffusé jeudi soir, qualifiant la ministre de la Justice de «sauvage».

Retrouvez le reportage dans son intégralité en cliquant ici.

Le Front national a réagi ce vendredi matin dans un communiqué, en indiquant que la candidature d'Anne-Sophie Leclere était «suspendue» et que la jeune femme était «convoquée devant les instances disciplinaires» du parti.

«J’ai des amis qui sont noirs»

«Un singe, ça reste un animal, un Noir, c’est un être humain», ajoutait Anne-Sophie Leclere dans l'émission, en apportant cet argument: «J’ai des amis qui sont noirs, et c’est pas pour ça que je leur dis que c’est des singes.»

La candidate frontiste a retiré le montage de sa page Facebook «sur les conseils de son entourage».

Pas de commentaire d'Anne-Sophie Leclere dans l'immédiat

François de Rugy, coprésident du groupe écolo à l’Assemblée, a lui qualifié ce vendredi de «grave» et de «choquante» la comparaison. Il y a «une forme de libération de la parole raciste», a-t-il déploré, sur iTélé, tout en demandant à «Mme Le Pen de s'expliquer, puisqu'elle nous avait expliqué que le Front national avait changé».

«Je réprouve ces photos et ces propos qui ne sont pas conformes à notre ligne politique», a déclaré Eric Samyn, le responsable du Front national pour les Ardennes, à l'AFP. Anne-Sophie Leclere, qui a ouvert son magasin ce vendredi comme de coutume, s'est refusée à tout commentaire pour l'AFP dans l'immédiat, «en attendant d'en savoir plus sur sa convocation» devant le conseil de discipline du FN, et ses suites.