VIDÉO. Primaires PS à Marseille: «Obama a fait une campagne de proximité, on n’a pas parlé de clientélisme», explique Ghali

POLITIQUE La sénatrice assume l’utilisation de minibus pour amener des électeurs aux bureaux de vote...

E.O.

— 

Samia Ghali et Patrick Menucci, arrivés respectivement première et deuxième de la primaire socialiste à Marseille, le 13 octobre 2013.
Samia Ghali et Patrick Menucci, arrivés respectivement première et deuxième de la primaire socialiste à Marseille, le 13 octobre 2013. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Arrivée en tête du premier tour de la primaire socialiste à Marseille (Bouches-du-Rhône), Samia Ghali est sous le feu des critiques. Lesquelles émanent en particulier de Marie-Arlette Carlotti, éliminée de l’élection, qui a dénoncé dès dimanche «un fonctionnement à plein régime du clientélisme». La ministre a évoqué «des dizaines de minibus qui sillonnent la ville, des échanges d'argent» et «toute une organisation que j'ai envie de qualifier de paramilitaire».

 

«Obama a eu une campagne de proximité où il est allé chercher les gens, on n’a pas dit qu’il faisait du clientélisme!» a rétorqué Samia Ghali ce lundi sur Europe 1. La sénatrice assume totalement l’utilisation de véhicules pour «aller chercher les électeurs partout»: «Si le transport à Marseille fonctionnait correctement un dimanche…» s’est-elle plainte.

Du «covoiturage»

«Je n'ai pas choisi de mettre un bureau par arrondissement», a développé l’élue, mais «je m'y suis pliée et je m'organise -c'est normal- avec du covoiturage pour permettre à tous ceux qui ont signé mes parrainages de se rendre au bureau de vote.» D’après elle, la Haute autorité des primaires (HAP) a implicitement validé ce «covoiturage». «Il n’y a pas un seul recours qui a été déposé», a-t-elle assuré. Et «Jean-Pierre Mignard [qui était chargé de «l'organisation éthique» de l’élection] a considéré que c’était une pratique tout à fait normale».

Et de tacler Marie-Arlette Carlotti qui, dit-elle, «ne doit s’en prendre qu’à elle-même». «Elle doit se poser les vraies questions, à savoir si elle a réellement été une bonne ministre ou pas», a lâché la sénatrice.

Samia Ghali a recueilli dimanche 5.151 voix (25,25% des voix), devant le député Patrick Menucci (4.212 voix, 20,65%) et Marie-Arlette Carlotti (3.982 voix, 19,52%).