Copé juge le programme du Front national «absurde» mais refuse de lui préférer celui de la gauche

ELECTIONS Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a une nouvelle fois refusé de dire pour quel parti il voterait en cas de duel PS-FN lors des prochaines élections...

N. Beu. avec AFP

— 

Le président de l'UMP Jean-François Copé à Chateaurenard, le 25 août 2013.
Le président de l'UMP Jean-François Copé à Chateaurenard, le 25 août 2013. — DEFOSSEZ FREDERIC/SIPA/SIPA

Jean-François Copé a indirectement donné une réponse, jeudi soir, au tiers de Français favorables à un accord électoral entre l’UMP et le FN. Sans se prononcer sur le résultat du sondage révélé par France 2 et Le Parisien, le président de l’UMP a été très virulent à l'égard du parti de Marine Le Pen, dans l’émission «Des paroles et des actes», en affirmant que le programme du Front national était «absurde».

«Qui peut penser que le Front national va apporter des réponses alors qu'il préconise le rétablissement de la peine de mort pour les dealers, l'immigration zéro alors qu'on sait que ce n'est pas crédible -je préfère qu'on pose la question d'une nouvelle politique d'immigration- (...) de nationaliser les entreprises en difficulté, de revenir au franc français?» a ainsi questionné Jean-François Copé.

Copé accroché au ni-ni

A la question «le FN est-il un parti d'extrême droite?», le leader de la droite modérée a répondu: «C'est un parti extrémiste», comme le parti de Jean-luc Mélenchon «est un parti extrémiste. Je ne sais pas si c'est de droite ou de gauche, c'est un parti extrémiste.» «Le programme de Mme Le Pen est un copier-coller de celui des communistes», a-t-il ajouté, en prenant l'exemple de la retraite à 60 ans

Pour autant, Jean-François Copé n’a pas dérogé à sa règle du ni-ni. Prié de dire qui, de François Hollande ou Marine Le Pen, il choisirait dans un duel au second tour de l'élection présidentielle, le président de l’UMP a botté en touche, précisant qu’il ne le dirait que dans l’éventualité où la situation se présenterait.

Hollande «instrumentalise le FN»

«Je prendrai position le jour où cette hypothèse sera sur la table», a-t-il dit. Mais «penser qu'on va arriver à une finale entre François Hollande et Marine Le Pen, c'est ne pas voir ce qui se passe en France», selon l'ex-ministre. «Le véritable sujet, il est plus posé à la gauche qu'à la droite.»

Jean-François Copé a même été plus loin en accusant François Hollande d’«instrumentaliser le Front national». «Je reproche sévèrement à François Hollande d'être resté silencieux dans le débat entre M. Valls et Mme Duflot. J'en veux à François Hollande d'entretenir le doute sur le vote des étrangers aux élections municipales, d'encourager Manuel Valls à multiplier les naturalisations», a-t-il ajouté.