«La transition énergétique n'est pas un problème, c'est la solution», assure François Hollande

POLITIQUE Le président de la République s'est montré offensif ce vendredi lors de son discours d'inauguration de la deuxième conférence environnementale...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

François Hollande à Paris lors du discours d'inauguration de la Conférence environnementale, le 20 septembre 2013.
François Hollande à Paris lors du discours d'inauguration de la Conférence environnementale, le 20 septembre 2013. — Charles Platiau/AP/SIPA

S’occuper de l’écologie «n’est pas une chance, une opportunité, mais une obligation», a déclaré le président François Hollande ce vendredi matin, en ouverture de la 2e conférence environnementale, un rendez-vous très attendu par ses partenaires d'Europe Ecologie-Les-Verts, par les ONG environnementales et les autres partisans de la transition écologique. Ces derniers espèrent du gouvernement davantage de concret, à l’image de l’ancienne ministre Delphine Batho, qui s’est confiée à 20 Minutes à la veille de ce grand raout.

«L’heure est de tirer toutes les conclusions. La transition énergétique n’est pas un choix de circonstance, un compromis (...) Ce n’est pas un problème, c’est la solution», a affirmé le Président devant l’assistance. «L’urgence climatique appelle à un sursaut à l’échelle internationale. La France a décidé de s’engager», a-t-il renchéri.

Réduire de 50% la consommation d'énergie d'ici 2050

Le chef de l’Etat a appelé à un «pacte mondial sur le climat en 2015», date à laquelle Paris accueillera une conférence des Nations unies sur le climat. Favorable à une «politique énergétique et climatique» commune en Europe, il souhaite «une communauté européenne de l’énergie, avec un marché commun de l’énergie».  Souhaitant qu'en Europe, les émissions à gaz à effets de serre soient diminuées de 40% en 2030 par rapport à 1990, il a également souligné le besoin d’une taxe carbone aux frontières de l’Europe.

François Hollande a annoncé une réduction de 50% de la consommation d'énergie d'ici 2050, ainsi qu'une baisse de 30% de la consommation des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) d'ici à 2030, afin de lutter contre le réchauffement climatique tout en réduisant la facture énergétique du pays.

Loi sur la transition énergétique avant la fin de l'année 2014

Il a ensuite déclaré que «le taux de TVA sur les travaux d'isolation thermique passera à 5% en 2014 au lieu des 10% prévus. Cette mesure réduira la facture énergétique des ménages, première chose, et soutiendra l'activité du bâtiment», a déclaré le président de la République.

Sur les voitures électriques, le Président souhaite notament «le déploiement des banques de recharge pour que la France soit correctement équipée d'ici 2015». Il a par ailleurs réaffirmé que la centrale nucléaire de Fessenheim sera fermée d'ici fin 2016. Une partie du montant des taxes sur les produits énergétiques sera également calculée en fonction de leur teneur en CO2.

Enfin, le gouvernement lancera la semaine prochaine l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour l'installation de parcs d'hydroliennes (turbines électriques sous-marines) pilotes au large des côtes françaises.

François Hollande a annoncé que la loi sur la transition énergétique devrait être «conclue d'ici la fin de l'année 2014», soulignant que «ce sera l'un des textes les plus importants du quinquennat».

Déception des associations

L'an dernier, lors de son discours, le président de la République avait dit vouloir faire de la France «la nation de l'excellence environnementale» et annoncé la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) d'ici fin 2016.

Il avait suscité de grands espoirs pour changer de modèle économique moins gourmand en énergie et moins polluant. «La déception a été à la mesure de nos espoirs», a confié cette semaine le porte-parole de France Nature Environnement Benoît Hartmann.

>> La déception des associations par rapport aux actes du gouvernement, c'est à lire ici 

Un porte-parole visiblement déçu ce vendredi matin devant le discours du chef de l'Etat..

...ou d'une militante EELV, Marine Tondelier...