Sarkozy: «La vie politique, ça ne m'intéresse plus, mais la France, c'est autre chose»

POLITIQUE L'ex-président de la République a fait quelques petites confidences mercredi en marge d'un déplacement en Haute-Savoie...

F.V.

— 

L'ancien président Nicolas Sarkozy lors de son déplacement en Haute-Savoie le 18 septembre 2013. 
L'ancien président Nicolas Sarkozy lors de son déplacement en Haute-Savoie le 18 septembre 2013.  — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Nicolas Sarkozy, en déplacement mercredi en Haute-Savoie pour remettre une Légion d'honneur, a reçu les quelques journalistes présents autour d'un café pendant une vingtaine de minutes à l'issue de son déjeuner en compagnie des parlementaires du département au Petit-Bornand. Il s'est livré à quelques «confidences», alimentant l'hypothèse d'un retour.

«La vie politique, ça ne m'intéresse plus, mais la France, c'est autre chose», leur a-t-il dit. Détendu, souriant, il s'est décrit comme «un cycliste dans le peloton». Europe 1 raconte: «Quand on lui demande s’il a déjà un calendrier en tête, il dit: “C’est vrai”. 2015? “Peut-être avant”, s’amuse-t-il. Une chose est sûre, insiste-t-il: “Le retrait va encore durer”. Mais plus pour très longtemps.»

Il veut apparaître au-dessus de la mêlée

Interrogé sur les propos polémiques de son ancien Premier ministre, François Fillon, sur le Front national, Nicolas Sarkozy a répondu: «On ne m'a pas interrogé sur l'opportunité d'ouvrir ce débat, ni encore moins de le conclure. Je ne me projette pas dans la lutte interne», rapporte le JDD, également présent

Interrogé sur son silence depuis sa défaite à la présidentielle de 2012, il a répondu: «Je ne veux rien dire mais cela ne veut pas dire que je ne pense pas.» «Je ne suis pas dans le calcul, j'avais besoin de me ressourcer, de profiter de ma famille, de faire autre chose, a expliqué Nicolas Sarkozy, cité par le JDD [...] C'est très important de laisser les Français réfléchir. Parfois quand les gens réfléchissent, ne se disent-ils pas: ''Il faut quelqu'un au dessus de la mêlée?''»