La «contribution climat-énergie» ne sera pas un impôt supplémentaire

POLITIQUE C'est ce que vient de confirmer le ministre de l'Environnement Philippe Martin...

avec AFP

— 

Philippe Martin le 14 juillet 2013 à Paris.
Philippe Martin le 14 juillet 2013 à Paris. — ALLARD-POOL/SIPA/SIPA

Le ministre de l'Environnement, Philippe Martin, a assuré vendredi à La Rochelle que la contribution climat-énergie, annoncée jeudi et déjà contestée par plusieurs dirigeants socialistes, ne serait pas une taxe supplémentaire. Le ministre avait créé la surprise jeudi en annonçant devant les écologistes d'EELV la création d'une «contribution climat-énergie», suscitant le scepticisme de plusieurs personnalités socialistes comme Ségolène Royal ou François Rebsamen, chef de file des sénateurs PS.

Vendredi, en marge de l'université d'été du PS à La Rochelle, le successeur de Delphine Batho s'est montré plus prudent. «Il ne s'agira pas d'une taxe nouvelle, supplémentaire», a expliqué le ministre à la presse. «Ce n'est pas une fiscalité additionnelle mais une fiscalité de substitution. S'il s'agissait d'une taxe nouvelle, je serais contre, comme j'étais contre la taxe carbone» que Nicolas Sarkozy avait tenté de mettre en place durant le dernier quinquennat, a-t-il martelé.

Aucune incidence en terme de pression fiscale sur les Français

Selon Philippe Martin, «il ne s'agit pas du tout de cela, il s'agit simplement de faire en sorte que la transition énergétique permette de redonner du pouvoir d'achat aux Français. Nous sommes en train de travailler un dispositif qui n'aura aucune incidence en terme de pression fiscale sur les Français en 2014», a aussi indiqué Philippe Martin. Interrogé sur un éventuel défaut de pédagogie gouvernementale, Philippe Martin a répondu: «la pédagogie, je suis en train de la faire, elle est parfois longue». Selon lui, l'objectif est de faire en sorte que la «part de verdissement de notre fiscalité soit plus importante», à l'image de ce qui se fait dans d'autres pays européens.

Il a promis que le gouvernement allait faire en sorte que le futur dispositif n'ait «aucun impact financier sur les classes les plus basses et les classes moyennes».

Bernard Cazeneuve confirme

Le ministre du Budget Bernard Cazeneuve a confirmé que la contribution climat-énergie n'était «pas une fiscalité de plus». Elle  «n'est pas une fiscalité qui va pas rajouter de la pression fiscale à celle existante. Il ne s'agit pas de rajouter des impôts aux impôts. Il s'agit de faire évoluer la fiscalité existante de manière à susciter des comportements vertueux».

Pour le détail du dispositif, il a renvoyé aux futures annonces sur le projet de loi de finances pour 2014. Il a d'ailleurs prévenu, laconique: «Préparez-vous à être surpris» sur le budget en général et sur la fiscalité.