EELV: Les écolos s'interrogent sur un changement de cap, avec Taubira en invitée

POLITIQUE Alors que les débats se sont pour l'instant cristallisés sur l'action de Manuel Valls...

avec AFP

— 

Cécile Duflot et Pascal Canfin lors de l'ouverture des journées d'été d'EELV à Marseille le jeudi 22 août 2013.
Cécile Duflot et Pascal Canfin lors de l'ouverture des journées d'été d'EELV à Marseille le jeudi 22 août 2013. — F. PENNANT / AFP

Réunis jeudi à Marseille pour leurs journées d'été, avec en invitée surprise Christiane Taubira, les écologistes réfléchissent à un changement de cap gouvernemental - qu'ils appellent de leurs voeux - alors que leurs ministres viennent de critiquer ouvertement leur collègue de l'Intérieur Manuel Valls.

La plénière «l'an 2 du quinquennat, vers un changement de cap?» - avec un point d'interrogation que Pascal Durand, secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) aimerait «transformer en point d'exclamation» - doit se tenir en fin de journée. Participeront à cette séance plénière les deux ministres EELV, ainsi que Philippe Martin, ministre de l'Ecologie. En attendant, les discussions on commencé dans les allées de l'université Saint-Charles à Marseille, où se tiennent ces journées d'été, en plein air et en plein soleil.

«Notre position est celle d'être utiles et de garder les yeux ouverts», au sein du gouvernement, expliquait à la presse jeudi matin Cécile Duflot, ministre du Logement. «Personne n'a de doute au gouvernement sur mes convictions écologistes», assurait la ministre, qui il y a un an estimait que son nouveau poste au gouvernement lui imposait «une muselière».

Pas de  «front anti-Valls»

Muselière qu'elle s'autorise à ouvrir de temps en temps, comme mercredi avec une interview au journal Libération, dans laquelle elle s'opposait aux prises de position de son collègue de l'Intérieur Manuel Valls sur l'immigration et la politique pénale. Parallèlement son homologue écologiste Pascal Canfin, ministre du Développement, estimait sur le JDD.fr que le même Valls déclenchait «le désordre».

Jeudi matin, on apprenait que la Garde des Sceaux Christiane Taubira, dont la réforme pénale, critiquée par Manuel Valls, est soutenue par les écologistes, était l'invitée surprise des journées d'été et qu'elle serait présente pour la plénière jeudi soir. «On soutient la réforme de Christiane Taubira», a d'emblée déclaré à la presse Pascal Durand, secrétaire national d'EELV. «C'est un ministre important», a-t-il dit tout en réfutant un «front anti-Valls».

«Valls offre la possibilité à nos ministres et à notre mouvement de rappeler nos valeurs», souligne Yannick Jadot, eurodéputé EELV. Christiane Taubira avait d'ailleurs déjà participé aux journées d'été de 2009, souligne-t-on chez EELV. Plus récémment, elle a aussi participé au forum «retrouver la démocratie» organisé par les écologistes en avril 2013 à la Mutualité.

Retour du débat «"on va sortir, on va rester"»

«Arnaud Montebourg a été invité il y a plusieurs semaines», assure Pascal Durand, ainsi que Manuel Valls. A leur décharge, l'université du PS se tiennent au même moment à la Rochelle.

Quant à la participation au gouvernement, dont le bilan au bout d'un an sera fait vendredi, il s'agit maintenant de «montrer que la coalition gouvernementale ne peut-être en permanence "on va sortir, on va rester"», explique Yannick Jadot. «Il faut assumer notre volonté de transformer la société dont la participation à une coalition est un élément», ajoute-t-il.

«Etre dehors ne nous aiderait pas à avoir une meilleure fiscalité écolo», précise-t-il. Jean-Vincent Placé, chef des sénateurs écologistes, n'est pas non plus «partisan de partir mais plutôt de peser sur les décisions». «Je voudrais clore le débat sur la participation à l'automne», précise le sénateur de l'Essonne. C'est à ce moment là que se décideront les «marqueurs importants de la volonté de ce gouvernement de rentrer dans la transition», selon Pascal Durand.