Harlem Désir s’accepte en «gilet pare-balle» du gouvernement

avec AFP

— 

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, estime qu'il sert parfois de «gilet pare-balles» au gouvernement, un rôle qu'il accepte.

Alors qu'il est l'objet de vives critiques internes sur l'animation et la gestion du parti, le chef du PS répond, dans une interview au Monde daté de vendredi, jour d'ouverture de l'université d'été de La Rochelle, qu'on ne le «verra pas danser au bal des ego et des aigris».

«J'assume d'être un homme du collectif»

«Le narcissisme n'est pas compatible avec le socialisme. J'assume d'être un homme du collectif. Je suis, avec le PS, sur la ligne de front, je sers parfois de gilet pare-balles au gouvernement, mais je l'accepte, car notre action collective paie et qu'elle est au service des Français», dit l'eurodéputé.

Défendant «une autonomie solidaire» du parti à l'égard du gouvernement, Harlem Désir affirme avoir «pesé quand c'était nécessaire», prenant l'exemple du non-cumul des mandats, des retraites ou du rythme du retour à un déficit limité à 3% du PIB.