Pierre Laurent (PCF) refuse «la provocation et l'invective» vis-à-vis du PS

avec AFP

— 

Interrogé sur les critiques acerbes de Jean-Luc Mélenchon vis-à-vis du PS, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, appelle jeudi dans Libération à refuser «la provocation et l'invective» et se dit favorable à des alliances dès le premier tour des municipales.

«Le Front de gauche a un diagnostic partagé sur l'impasse politique gouvernementale et la nécessité de construire une alternative. Mais nous avons des approches différentes sur la manière d'avancer», explique le dirigeant communiste. «Pour convaincre, nous ne devons pas confondre la colère et la radicalité nécessaire avec la provocation et l'invective.»

Dans une récente interview au JDD qui signait sa rentrée, le leader du Front de gauche s'en était notamment pris au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, «contaminé» par Marine Le Pen et à François Hollande, accusé d'avoir «plongé notre pays dans la déprime».

Le PS avait alors souhaité que le Parti communiste prenne ses distances avec «ces propos et ces outrances». Pierre Laurent se démarque également de son allié au sein du Front de gauche en se déclarant favorable à des alliances avec les socialistes dès le premier tour des municipales.

«Il y a des différences d'appréciation au Front de gauche sur les municipales. Sans dramatiser, nous pensons qu'une stratégie d'union dès le premier tour est possible dans une série de communes pour créer des dynamiques. Pas le PG», dit-il. «Cette construction d'alliances au premier ou au second tour doit passer par des projets locaux et de la place pour les élus PCF et Front de gauche».