Raffarin reprend NKM: En politique on marche à l'affectif

POLITIQUE La candidate à la mairie de Paris s'était qualifiée de «tueuse»...

P.K.

— 

Le 30 juin 2013. Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) donne un meeting place de la Bastille en vue des élections municipales de Paris.
Le 30 juin 2013. Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) donne un meeting place de la Bastille en vue des élections municipales de Paris. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Non, il n'y a pas que des tueurs en politique. Ce serait même tout le contraire selon Jean-Pierre Raffarin. L'ancien Premier ministre réagissait à une interview de Nathalie Kosciusko-Morizet pour la chaîne américaine NBC dans laquelle elle se qualifiait de «tueuse»: «Tout le monde, en politique, est un tueur. Certains savent tirer, d'autres non. Certains tirent en pleine face, la plupart le font dans le dos. Je tire en pleine face.»

Réplique de Jean-Pierre Raffarin sur Twitter  mardi matin.

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac était d'ailleurs un peu égratigné dans l'interview puisque NKM expliquait qu'elle n'avait pas eu de poste ministériel dans le gouvernement Raffarin car elle était enceinte.  

Un autre homme politique est monté au créneau pour contrebalancer la vision très guerrière de la politique selon NKM. Interrogée sur la phrase de l'ex-ministre ce mardi sur France 2, Christian Estrosi, a répliqué: «Je ne pense pas que l'on puisse faire de la politique comme ça. Chacun a sa méthode. Peut-être que Nathalie, que je respecte et que je souhaite voir emporter à Paris, ressent cela au fond d'elle-même parce qu'on est dans un monde de violence et de brutalité où il faut se défendre». Et le député-maire de Nice d'ajouter: «je pense que les Français ont besoin qu'on les écoute, ont besoin d'amour».