Affaire Cahuzac: Charles de Courson répond à son tour à Pierre Moscovici

AFFAIRE Le député et président de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac maintient son idée de «tromperie du peuple français»...

E.O.

— 

Le député UDI Charles de Courson, le 23 juillet 2013 à l'Assemblée nationale.
Le député UDI Charles de Courson, le 23 juillet 2013 à l'Assemblée nationale. — WITT/SIPA

Echanges d’amabilités par lettres interposées. Charles de Courson, député UDI et président de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Cahuzac, a répondu au courrier envoyé par Pierre Moscovici le 19 juillet. 

Dans cette lettre, le ministre de l’Economie répondait point par point aux assertions du parlementaire, qui l’avait notamment accusé d’avoir «trompé les Français». Selon le député centriste, Pierre Moscovici a fait en sorte, en janvier, d’obtenir une réponse négative de la Suisse quant à l’existence d’un compte en banque de Jérôme Cahuzac.

«Je suis libre de mes propos comme tout parlementaire», écrit Charles de Courson à Pierre Moscovici, en expliquant considérer que «la saisine des autorités fiscales suisses a constitué une erreur dont la responsabilité vous incombe». En effet, cette saisine «a accrédité la théorie de l’innocence de Jérôme Cahuzac et a constitué une tentative de tromperie du peuple français».

La lettre de Charles de Courson, diffusée sur Mediapart: