Affaire Cahuzac: La riposte du gouvernement au président de la Commission

POLITIQUE Pierre Moscovici est chargé d’écrire une lettre...

M. Go. avec AFP

— 

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en compagnie de Pierre Moscovici, ministre de l'Economie.
Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en compagnie de Pierre Moscovici, ministre de l'Economie. — SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA

Visiblement, la sortie médiatique du président de la Commission d’enquête sur l’affaire Cahuzac a énervé le gouvernement. Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a été chargé de la riposte. Il écrira «très rapidement» une lettre ouverte à Charles de Courson, qui a notamment accusé François Hollande d'avoir obtenu dès 2012 des preuves accablant son ministre du Budget.

>> Pourquoi Cahuzac va-t-il être réentendu la semaine prochaine?

«M. Moscovici rendra publique très rapidement une lettre à M. de Courson au sujet des déclarations successives de ce dernier dans les médias», a indiqué Bercy à l'AFP.

Charles de Courson, président UDI de la commission d'enquête parlementaire sur la gestion par le gouvernement de l'affaire Cahuzac, avait affirmé mercredi détenir «les preuves» que le président François Hollande était «parfaitement informé» du comportement fiscal du ministre incriminé. «Nous avons les preuves que le président a été parfaitement informé», a déclaré le député centriste de la Marne sur France 2.

De Courson récidive dans Le Figaro

Pierre Moscovici qui était ministre de tutelle de Jérôme Cahuzac, lequel a avoué en avril, après avoir démissionné, avoir détenu un compte caché en Suisse pour détourner le fisc, a été auditionné mardi soir par cette commission.

Dans un entretien publié dans le Figaro ce jeudi, Charles de Courson accuse par ailleurs le ministre de l'Economie et des Finances «d'incompétence».

«Pierre Moscovici n'a cessé de nous dire "Je n'ai jamais été complice et les services fiscaux ont été exemplaires". Ce qui n'est pas exact. Il dit qu'on l'accuse d'incompétence. Eh bien, oui», dit-il, en citant comme exemple la saisine des autorités suisses sur un possible compte caché de l'ex-ministre du Budget.