Le 14e, arrondissement de parachutage pour NKM

Alexandre Sulzer

— 

Le 30 juin 2013. Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) donne un meeting place de la Bastille en vue des élections municipales de Paris.
Le 30 juin 2013. Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) donne un meeting place de la Bastille en vue des élections municipales de Paris. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Elle ne voulait pas en faire une «grande annonce politique». De peur d’attiser les crispations de la droite parisienne. Devant une poignée de journalistes et des étals de cerises et de bananes, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) a annoncé jeudi, sur le marché populaire du boulevard Brune, qu’elle serait candidate dans le 14e. «Ca fait des mois que ce choix se mûrit, c’est avant tout un projet personnel car j’ai choisi de vivre ici avec ma famille», dans une rue «qui donne sur la rue Didot», indique la députée de l’Essonne. Son fils aîné est né dans l’arrondissement, sa grand-mère y a tenu une pharmacie à l’angle du boulevard du Montparnasse et du boulevard Raspail. On n’en saura pas plus sur les «attaches» locales vantées dans une lettre, tirée entre 50 et 60.000 exemplaires, que l’équipe de NKM entend distribuer à l’ensemble des habitants du 14e.

Car la décision de venir dans cet arrondissement ressemble furieusement à un choix stratégique. Avec ses dix conseillers de Paris, il est incontournable sur le chemin de l’Hôtel de Ville. Il présente aussi l’avantage par rapport au 12e de ne pas avoir vu autant de candidats de droite, parachutés, s’y casser les dents. «C’est un arrondissement-clé dans la bataille de Paris», glisse quand même NKM qui préfère, dans sa lettre, vanter la «diversité» du quartier et ses projets locaux de lutte contre «les problèmes croissants de sécurité.»

«Ca va être difficile pour vous, madame…»

Autre problème, plus immédiat, pour NKM : la candidature dissidente de la conseillère (UMP) de Paris, Marie-Claire Carrère-Gée qui , «refusant les parachutages, le mépris à l’égard des habitants et les comportements d’héritiers» entend présenter une liste « 100% 14e» «au service exclusif des habitants de l’arrondissement». Si elle omet de le préciser dans sa lettre, c’est bien la tête de liste dans le 14e que prend NKM. «La discussion était ouverte mais il faut que ce soit elle qui tire la liste, qui aide à renverser l’arrondissement», glisse un conseiller. Esquivant la mauvaise nouvelle, NKM finit par botter en touche en affirmant vouloir «rassembler le plus largement possible…»

Autre figure locale à gérer, Marielle de Sarnez (MoDem) à qui NKM a passé un coup de fil la veille. Observant des priorités  communes, comme le logement intermédiaire, NKM «souhaite engager le dialogue avec elle». «A chaque fois qu'il y a des ouvertures, c'est bien», a réagi auprès de 20 Minutes Marielle de Sarnez, se bornant à rappeler que sa priorité restait la constitution d'un projet et de rassembler le centre. En attendant, c’est avec les habitants que NKM a commencé à discuter places de stationnement et voirie. Boutchant est déjà conquis. «Ca fait 30 ans que j’habite le quartier, un peu de changement, ça serait bien…» Ce qui ne l’empêche pas de glisser à la candidate, tout en agrippant quelques Curly : «ça va être difficile pour vous madame…»  «C’est du bonheur de vous voir, je peux vous embrasser ? Quand je vous vois à la télé, c’est un bonheur de fraîcheur», s’enthousiasme une sexagénaire… qui habite le 15e. A une autre dame qui «aimerait que le 14e repasse à droite», NKM soupire, en souriant : «Y’a du boulot…»