A Paris, EELV hausse le ton contre Anne Hidalgo

Alexandre Sulzer

— 

Conférence de presse de présentation de l'équipe de campagne et de la  liste Europe Ecologie Les Verts pour les élections municipales de 2014  avec Christophe Najdovski, à Paris le 2 juillet 2013. 
Conférence de presse de présentation de l'équipe de campagne et de la liste Europe Ecologie Les Verts pour les élections municipales de 2014 avec Christophe Najdovski, à Paris le 2 juillet 2013.  — A. GELEBART / 20 MINUTES

Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) sont-ils comptables du bilan de Bertrand Delanoë? A cette question, le parti, qui présentait mardi ses têtes de listes d’arrondissement pour les municipales à Paris, a décidé de répondre par la négative. Christophe Najdovski, qui mènera les listes EELV dans la capitale et actuel adjoint au maire en charge de la petite enfance, a beau «assumer une part du bilan», il ne manque pas une occasion d’égratigner sa rivale socialiste Anne Hidalgo. «Il y a l’écologie dont un certain nombre de personnes parlent et celle de ceux qui la font, il ne suffit pas de mettre une couche verte pour rendre un projet écologique», tacle-t-il, en référence à la toiture végétalisée du centre commercial Beaugrenelle. Un projet phare du 15e arrondissement dans lequel se présentera la tête de liste socialiste.

«Nous n’avons pas la même approche de l’urbanisme», se démarque encore Christophe Najdovski, en référence à Bercy-Charenton. Et de rappeler que EELV souhaitait que la part de logements monte à 50% dans ce quartier en rénovation, contre 40% pour le PS. «On a une part de bilan positif à revendiquer mais surtout au cours de la première mandature, souffle-t-il, en songeant aux Vélib ou au tramway des Maréchaux. La deuxième mandature Delanoë a été en demi-teinte, elle a manqué de souffle. Elle s’est orientée vers de grands projets inutiles.» Pour la défense enthousiaste de douze ans d’exécutif partagé aux manettes de l’Hôtel de Ville, on repassera.

Les «solutions du passé» d’Anne Hidalgo

Dans le collimateur des écologistes, le projet de tour Triangle, lui aussi situé dans le 15e, ou encore la rénovation des Halles et son emblématique Canopée, requalifiée de «gros pâté» par Bernard Jomier, candidat dans le 19e arrondissement et porte-parole de la campagne. Lequel n’hésite pas à qualifier de «solutions du passé» les propositions environnementales d’Anne Hidalgo qui, pourtant, se présente aussi en championne de l’écologie. Pour se distinguer encore des partenaires socialistes, Christophe Najdovski promet que les élus EELV n’exerceront qu’un seul mandat. «Anne Hidalgo est déjà conseillère régionale.» Malgré les appels du pied de François Hollande à des listes d’union de la gauche dès le premier tour des municipales, Christophe Najdovski est inflexible: EELV présentera des listes autonomes. «Comme en 2001 et en 2008.»

Quant au programme, il est attendu pour l’automne. En attendant, la tête de liste EELV en esquisse des contours impressionnistes: «reconquête» de la petite ceinture, création d’un parc locatif conventionné pour les classes moyennes, davantage de logements sociaux pour les classes populaires, budget participatif et extension du Vélib à l’échelle métropolitaine en 2017 à l’occasion de la renégociation du contrat avec JC Decaux. Reste encore à boucler les listes. EELV cherche encore une tête de liste dans le 17e arrondissement. Profil recherché : femme et non-encartée à EELV. Avis aux déçues de Bertrand Delanoë.