Affaire Karachi: Bayrou «espère ne pas s'être trompé» sur Balladur

POLITIQUE Le président du MoDem «pensait» que l'ex-Premier ministre «rompait un certain nombre des travers du système antérieur»...

E.O.

— 

François Bayrou, à Paris, le 22 juin 2013, lors du premier forum du renouveau europeen,  avec les deputes européens du MoDem.
François Bayrou, à Paris, le 22 juin 2013, lors du premier forum du renouveau europeen,  avec les deputes européens du MoDem. — Lionel Urman/SIPA

Ardent défenseur de la moralisation de la vie politique, François Bayrou va-t-il se mordre les doigts d’avoir soutenu Edouard Balladur lors de la présidentielle de 1995? Le président du MoDem a confié ce jeudi matin «espérer ne pas s’être trompé» sur l’ancien Premier ministre, au lendemain des révélations de Ziad Takieddine, qui a avoué avoir participé au financement occulte de sa campagne.

 

«Je soutenais Edouard Balladur car je pensais qu'il rompait un certain nombre des travers du système antérieur. Je le croyais de bonne foi –je n’étais d’ailleurs pas le seul», a déclaré François Bayrou, avec un sourire, sur RTL. «Pour moi, c’était une des principales raisons de mon soutien, et j’espère que je ne me suis pas trompé».

«Un élément extrêmement troublant»

«Je soutenais Edouard Balladur, je ne soutenais pas le financement de la campagne, dont je ne savais rien», a également lancé le centriste, tout en reconnaissant que les informations dévoilées la veille sont «un élément extrêmement troublant».

«L'introduction dans les ventes de sous-marins ou d'armements d’intermédiaires qui sont là uniquement pour toucher une partie du marché et les reverser à ceux qui sont les donneurs d'ordre… C’est une des plus graves anomalies, un des plus graves vices, du système», a-t-il détaillé, assurant n’en avoir jamais parlé avec l’ex-Premier ministre.