Jean-Marc Ayrault approuve le rapport proposant de différer les nouvelles lignes TGV

TRANSPORTS Le Premier ministre accuse le précédent gouvernement «d'avoir menti» en promettant 250 milliards d’investissement...

E.O. avec AFP

— 

Le 25 avril 2013. Jean-Marc Ayrault en interview a Matignon
Le 25 avril 2013. Jean-Marc Ayrault en interview a Matignon — V. WARTNER / 20 MINUTES

Jean-Marc Ayrault déclare, dans une interview à L'Usine nouvelle publiée ce jeudi, partager le diagnostic du rapport Duron sur les transports, qui propose notamment de différer la construction de plusieurs lignes de train à grande vitesse.

Le rapport de la commission Mobilité 21, dirigée par le député PS du Calvados Philippe Duron, sur les infrastructures de transport à bâtir lors des prochaines décennies, qui doit être remis au gouvernement jeudi, préconise une sortie du tout TGV, au profit d'une autre politique de transports, axée sur la proximité. Les travaux de la commission, dirigée par le député PS du Calvados Philippe Duron, devaient établir des priorités parmi les 70 projets du schéma national des infrastructures de transports (Snit), établi sous le gouvernement Fillon pour l'ensemble des infrastructures de transport. Seule la construction de ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse est maintenue avant 2030, dans le meilleur des cas.

Le Premier ministre accuse le précédent gouvernement d'avoir commis «une erreur et un mensonge». «L’erreur, c’est qu’il s’est concentré sur les infrastructures en oubliant la qualité des services! Le mensonge est d’avoir laissé entendre qu’on pourrait faire plus de 250 milliards d’investissements dans les vingt prochaines années! C’est irréaliste financièrement et techniquement.»

«Nous mettrons des moyens dans les transports»

Jean-Marc Ayrault assure que le rapport Duron «sort de ce mensonge et fait un diagnostic précis, que je partage, de nos besoins de transport».

Interrogé sur la colère des élus dont les projets sont reportés à après 2030, le chef du gouvernement répond que «le pays est largement maillé, par des voies ferrées et des autoroutes qu’il faut rénover».

«Nous mettrons des moyens dans les transports», assure Jean-Marc Ayrault. «La question est de savoir de quels types d’investissements nos territoires ont le plus besoin à court et moyen termes», souligne-t-il.

 

Rapport de la commission Mobilité 21 au ministre délégué chargé des transports, de la mer et de la pêche publié par Fil_Economie