Polémique Barroso/Montebourg: Il était nécessaire de répondre à la Commission, selon Vidalies

avec AFP

— 

Alain Vidalies (PS), ministre délégué aux Relations avec le Parlement, a assuré mardi qu'il était «nécessaire» de répondre à la Commission européenne après ses critiques contre la politique française, qu'elle n'a pas pour rôle de «définir». Le responsable socialiste était interrogé par LCI sur la virulente polémique entre le président de la Commission José Manuel Barroso et le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

Ce dernier a-t-il eu raison d'accuser le leader européen d'être «le carburant du FN»? «Il y a une situation qui est étrange», a répondu Alain Vidalies: que José Manuel Barroso traite de position réactionnaire le fait que l'exception culturelle soit placée hors négociation de l'accord de libre échange avec les États-Unis, ce qui est «soutenu par 14 pays européens».

DoncArnaud Montebourg «n'a pas raison sur le fond en tant qu'il y aurait comme ça un lien direct» avec la montée du Front national, a poursuivi le ministre, «mais très honnêtement, répondre à M. Barroso, c'est aussi nécessaire».