Chômage: les emplois d'avenir, pas à la hauteur, estime Borloo

© 2013 AFP

— 

Jean-Louis Borloo, président de l'UDI, a démenti jeudi avoir, lors de son séjour d'un mois à Bercy en mai 2007, orienté vers le choix d'une procédure d'arbitrage pour régler le dossier Tapie-Adidas.
Jean-Louis Borloo, président de l'UDI, a démenti jeudi avoir, lors de son séjour d'un mois à Bercy en mai 2007, orienté vers le choix d'une procédure d'arbitrage pour régler le dossier Tapie-Adidas. — Bertrand Guay AFP

Le président de l'UDI Jean-Louis Borloo fustige la politique gouvernementale en matière d'emploi, estimant notamment que les emplois d'avenir ne sont pas «à la hauteur», dans une interview publiée samedi par Le Parisien/Aujourd'hui en France.

Interrogé sur la conférence sociale, M. Borloo tire à boulets rouges sur les orientations de François Hollande en matière d'emploi, assurant notamment que l'engagement présidentiel à inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année est «une plaisanterie»

«On voit bien malheureusement que les emplois d'avenir ne sont pas une réponse à la hauteur», poursuit-il. «Il y a une grande naïveté de sa part à penser que des emplois aidés font une politique pour l'emploi. Non, c'est une politique sociale de lutte contre l'exclusion qui n'empêche pas la dégradation des grands secteurs d'activité: automobile, bâtiment, services à la personne».

«La France est à l'arrêt», déplore-t-il et «on a encore perdu un an pour réagir». «La boîte à outils gouvernementale reste du niveau du bricolage», ironise enfin M. Borloo.