Salon du Bourget: François Hollande accueilli par des manifestantes Femen

AÉRONAUTIQUE rrivée dans l'avion vedette, il a reçu un accueil un peu particulier...

B. de V. vec AFP

— 

Deux membres des Femen à l'arrivée de François Hollande au Bourget le 21 juin 2013. Capture d'écran iTélé.
Deux membres des Femen à l'arrivée de François Hollande au Bourget le 21 juin 2013. Capture d'écran iTélé. — 20 MINUTES

François Hollande a fait son arrivée ce vendredi au salon aéronautique du Bourget à bord de l'A400M, le nouvel avion de transport militaire d'Airbus.

Le chef de l'Etat, accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a décollé vers 08h45 de la base aérienne de Villacoublay, au sud-ouest de Paris, pour rejoindre l'aéroport du Bourget, au nord, après un vol de 45 minutes.

«Eloignez-vous de l'islamisme»

Deux militantes des Femen ont brièvement manifesté seins nus au passage de François Hollande jeudi au salon du Bourget avant d'être interpellées, a constaté un journaliste de l'AFP. L'une des deux protestataires portait sur le dos l'inscription «Fly away from Islamism» («Eloignez-vous de l'islamisme»). Elles ont été rapidement maîtrisées par les services de sécurité de la présidence de la République et menottées.

Trois militantes européennes du groupe Femen, deux Françaises et une Allemande, ont été condamnées le 12 juin en Tunisie à quatre mois de prison pour une action seins nus. Elle sont incarcérées depuis le 29 mai.

L'A400M, créateurs d'emplois

A son arrivée, le chef de l'Etat a salué cet appareil vedette du salon, en mesure de transporter jusqu'à 37 tonnes sur 3.300 km, et de poser sa charge - hommes, blindés ou hélicoptères - au plus près du front sur des terrains non préparés, même dans le sable.

«Il est prêt et ça va être un grand succès. Succès pour les armées qui vont l'utiliser, parce que ça va être un gain de temps - et donc un gain d'argent - et puis succès commercial, et donc un gain d'emplois», a déclaré François Hollande, qui a précisé que l'appareil serait «au rendez-vous du 14 juillet», lors du traditionnel défilé.

L'excellence à la française

«Je suis ici dans un salon, l'aéronautique, qui permet à l'industrie française de montrer son excellence et de faire apparaître aussi les possibilités d'emplois pour aujourd'hui et pour demain», a-t-il insisté. «Le vol s'est bien passé: la preuve je suis là. Mais je ne repars pas en A400M parce que j'ai bien conscience qu'il y a d'autres moyens de transport pour aller du Bourget à Paris», a-t-il encore lancé aux journalistes.

A son arrivée, le président de la République a passé en revue la Patrouille de France, avant d'entamer une longue visite du Salon. A la mi journée, il participera à une table-ronde avec des chefs d'entreprises puis assistera à des démonstrations aériennes.

Le constructeur de l'A400M, Airbus Military, espère en exporter 400 exemplaires dans les trente prochaines années. L'appareil a déjà été commandé à 174 exemplaires par sept pays: Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Luxembourg et Turquie. Il a cependant accumulé plus de quatre ans de retard sur le planning initial et dépassé son budget de 6,2 milliards d'euros, soit d'environ 10%.