Retraites: Bayrou redoute une «énième réforme»

avec AFP

— 

Le président du MoDem, François Bayrou, a déclaré vendredi redouter une "énième réforme" des retraites "qui n'aille pas au fond des choses", estimant par ailleurs que ce n'était pas avec des "rustines" que la situation économique et sociale s'améliorera.
Le président du MoDem, François Bayrou, a déclaré vendredi redouter une "énième réforme" des retraites "qui n'aille pas au fond des choses", estimant par ailleurs que ce n'était pas avec des "rustines" que la situation économique et sociale s'améliorera. — Kenzo Tribouillard AFP

Le président du MoDem, François Bayrou, a déclaré vendredi redouter une «énième réforme» des retraites «qui n'aille pas au fond des choses», estimant par ailleurs que ce n'était pas avec des «rustines» que la situation économique et sociale s'améliorera.

«Je redoute que ce soit la énième, on en est à la 6e ou 7e, réforme qui n'aille pas au fond des choses», a-t-il dit sur Europe 1, en commentant le discours prononcé jeudi par François Hollande devant la Conférence sociale. Selon Bayrou, un allongement à 44 ans de la durée de cotisations des retraites est «mal pensé. C'est ne pas oser affronter la profondeur du problème des retraites».

«Il y a des emplois qui peuvent être soutenus pendant une longue période et d'autres qui ne peuvent pas l'être. Je ne crois pas, par exemple, qu'on puisse être facilement une maîtresse d'école à 70 ans», a poursuivi le responsable du MoDem.

Pour lui, la «profondeur du problème des retraites» impose qu'on «rebâtisse à partir des fondations, en prenant son temps, mais de manière sérieuse, un système de retraite à points, un système de retraite à la carte qui permettra de prendre en compte la pénibilité du travail, la volonté de chacun de partir sans pénalisation avec les droits acquis».

Quant à la situation économique et sociale, marquée jeudi par de nouvelles prévisions de l'Insee selon lesquelles le chômage devrait continuer de grimper fin 2013, François Bayrou a reconnu ne pas partager «l'optimisme qui est celui du pouvoir».

«Je ne crois pas que les décisions qui ont été prises la +boîte à outils+ comme François Hollande l'a dit, soit à la hauteur des difficultés que nous rencontrons», a-t-il dit. «Je ne crois pas que ce soit avec des rustines qu'on répare une situation comme celle-là», a conclu sur ce point Bayrou