Villeneuve-sur-Lot: Harlem Désir appelle à faire barrage au FN

LEGISLATIVES Harlem Désir renouvelle son appel à «faire barrage» au Front national...

Avec AFP

— 

Harlem Désir, premier secrétaire du Parti scoialiste, participait à un hommage rendu à Clément Meric au lendemain de son agression devant Sciences-Po où il étudiait, le 6 juin 2013.
Harlem Désir, premier secrétaire du Parti scoialiste, participait à un hommage rendu à Clément Meric au lendemain de son agression devant Sciences-Po où il étudiait, le 6 juin 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Le numéro un du PS, Harlem Desir, a renouvelé ce lundi son appel à «faire barrage» au Front national en votant pour le candidat UMP dimanche prochain dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, où le PS a été éliminé au premier tour.

Harlem Désir appelle les électeurs socialistes à voter UMP au second tour

Interrogé sur RTL pour savoir si les électeurs devaient voter pour le candidat UMP au second tour, le premier secrétaire du parti socialiste a répondu: «Oui, c'est notre position, elle est constante. Moi je ne suis pas dans le ni-ni, dans l'ambiguïté comme Jean-François Copé», le président de l'UMP, a-t-il dit. «Je ne veux pas que le Front national tire parti des difficultés de notre pays, je crois qu'il n'apportera aucune réponse», a déclaré Harlem Désir. «Donc il faut qu'il y ait ce cordon sanitaire, il faut qu'il y ait cette attitude républicaine (...). Nous allons donc demander aux électeurs dans cette circonscription de faire barrage au Front national», a déclaré le numéro un du PS.

Le candidat du PS Bernard Barral a été éliminé dès le premier tour dimanche soir de la législative partielle dans le Lot-et-Garonne visant à pourvoir le siège laissé vacant par Jérôme Cahuzac, au profit d'un duel entre l'UMP et le FN. Le responsable du PS a déploré «la division de la gauche» et la multiplicité des candidatures comme facteurs de la déroute de son parti, en référence à la présence d'une liste écologiste. Relevant que les élections partielles - la majorité a perdu les huit dernières élections législatives partielles - étaient «toujours difficiles», «il faut que la gauche soit très attentive à se rassembler», a dit le premier secrétaire du PS. «Dans cette circonscription du Lot-et-Garonne s'il y avait eu un rassemblement de la gauche, nous serions aujourd'hui au second tour», a-t-il affirmé.