EN DIRECT. Mort de Pierre Mauroy: «Un pilier de la famille» socialiste vient de s'éteindre, selon Montebourg... Un hommage aux Invalides la semaine prochaine...

C.C. avec G.D. à Lille et AFP

— 

L'ancien Premier ministre, Pierre Mauroy, devant le TGI de Lille, le 4 février 2011.
L'ancien Premier ministre, Pierre Mauroy, devant le TGI de Lille, le 4 février 2011. — M.LIBERT/20 MINUTES
>> Ce live est maintenant terminé, merci à tous de l'avoir suivi
18h13: Pierre Mauroy, «modèle et référence»
Dans un communiqué, Daniel Percheron, président PS du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, rend à son tour  hommage à Pierre Mauroy, «modèle et référence, il était l’incarnation du socialisme des gens du nord, humble, fraternel et généreux». Pour lui, «Il restera dans l’Histoire de France pour son action à la tête du gouvernement d'union de la gauche de François Mitterand comme l’homme qui ne se résigne pas à la misère, à la souffrance, à l’indignité de ses semblables» et conclut «Pour reprendre le titre de ses mémoires, Pierre Mauroy est parti remettre «du bleu au ciel».

17h04: Florilège en vidéo de réactions politiques après la mort de Pierre Mauroy, par l'AFP
 
16h54: Une minute de silence à l'Assemblée de Corse à la mémoire de Pierre Mauroy
L'Assemblée de Corse a observé ce vendredi une minute de silence à la mémoire de Pierre Mauroy. «Pierre Mauroy fut l'un des initiateurs des lois de décentralisation et je vous demande de bien vouloir observer à sa mémoire une minute de silence», a déclaré le président communiste Dominique Bucchini, avant la reprise des travaux de l'Assemblée en début d'après-midi.
L'Assemblée de Corse, qui compte 51 élus et dont la majorité est à gauche, est réunie en session plénière pour examiner le renouvellement de la convention de délégation de service public (DSP) pour le transport maritime entre l'île et le continent.

16h46: «Un pilier de la famille» socialiste vient de s'éteindre, selon Arnaud Montebourg
«En perdant Pierre Mauroy, les socialistes perdent un pilier de leur famille, et la France un homme politique humaniste, fidèle aux gens ordinaires pour qui, malgré son statut d'homme d'Etat, il était resté proche et fidèle», a indiqué le ministre du Redressement productif dans un communiqué.
«Son héritage politique est immense et les socialistes de ma génération ne seraient probablement pas aux responsabilités aujourd'hui si, il y a 40 ans, des hommes et des femmes comme Pierre Mauroy, au côté de François Mitterrand, n'avaient pas œuvré à tout prix au rassemblement de toutes les gauches, la clé de notre victoire historique en 1981», a-t-il ajouté.

15h53: Lionnel Luca, seule voix discordante parmi les hommages
Le député UMP des Alpes-Maritimes s'est quelque peu lâché sur Twitter, évoquant l'hommage «nord-coréen» rendu ce vendredi par toute la classe politique à Pierre Mauroy.
15h47: «Un homme authentique, courageux et d'une grande humilité», selon Jean-Louis Borloo
Le président de l'UDI, ancien maire de Valenciennes, a salué ce vendredi la mémoire de Pierre Mauroy, «un homme authentique, courageux et d'une grand humilité», jugeant que les gens du Nord, dont il incarnait les valeurs, étaient tous «un peu orphelins».

14h57: Un hommage aux Invalides la semaine prochaine
François Hollande et Jean-Marc Ayrault rendront hommage à l'ancien Premier ministre socialiste «aux Invalides en début de semaine» prochaine, a déclaré Martine Aubry. «Comme il l'aurait souhaité, dès la fin de la cérémonie aux Invalides, son corps reviendra ici (à Lille). Le cercueil sera présenté ici dans la ville de Lille pour que les Lillois puissent lui rendre un dernier hommage et nous lui rendrons un hommage républicain en milieu de semaine, juste avant les obsèques, qui auront certainement lieu à la cathédrale», a détaillé la maire de Lille. Selon un proche de Pierre Mauroy, «les funérailles vont avoir lieu à Lille, la sépulture de Pierre Mauroy existe déjà, au cimetière de l'Est (...) juste à l'entrée du cimetière».

14h16: Portrait en vidéo de Pierre Mauroy, par l'AFP
 
13h53: «Pierre Mauroy restera une des grandes figures du socialisme français», assure Jean-Pierre Bel
Dans un communiqué, le président du Sénat a salué un «véritable homme d'Etat», dont «le nom restera attaché à des réformes historiques». Au Sénat, où il siégea de 1992 à 2011, «ce démocrate exigeant fut particulièrement apprécié de tous pour la richesse de son expérience, sa rigueur, sa profonde connaissance des dossiers ainsi que pour sa simplicité et sa courtoisie jamais prises en défaut», ajoute Jean-Pierre Bel. Pour ce dernier, «Pierre Mauroy restera une des grandes figures du socialisme français dont il sut faire évoluer la pratique et la doctrine».

13h37: François Fillon salue «l'abnégation», le «sens de l'intérêt national» de Pierre Mauroy
L'ancien Premier ministre UMP François Fillon a salué ce vendredi en Pierre Mauroy un homme «sincère» et «loyal», qui sut avec «abnégation et sens de l'intérêt national» assumer «les fractures de son temps».
«Pierre Mauroy était une figure attachante et solide de ce socialisme nordiste d'autrefois qui mêlait idéalisme et pragmatisme», écrit le député de Paris dans un communiqué.

13h29: «Une grande figure de gauche s'est éteinte» pour Jean-Paul Huchon
«Avec la disparition de Pierre Mauroy, c’est une grande figure de la gauche qui s’est éteinte. C’était un homme sincère, engagé et ancré dans ses convictions,  qui avait eu le courage de conduire la gauche dans l’épreuve du pouvoir. Il avait la passion de la justice, un sens du contact et une empathie humaine exceptionnelle», a écrit le président du Conseil Régional Ile-de-France.

13h06: Pierre Mauroy, «très sensible spontanément au monde du travail»
«Il était très sensible spontanément au monde du travail. C'est un monde qu'il connaissait, il était très fier d'être le premier Premier ministre de l'union de la gauche. Il avait un attachement presque viscéral au rassemblement des forces de gauche. Je crois que si François Mitterrand a choisi Pierre Mauroy comme Premier ministre c'est précisément parce qu'il savait qu'il mettrait en oeuvre cette politique avec beaucoup de convictions et de détermination», a déclaré l'ancien ministre de son gouvernement, Charles Fiterman.

12h44: «Une partie du coeur et de l'âme de la gauche s'en est allée», selon Christiane Taubira
«Une partie du coeur et de l'âme de la gauche s'en est allée. Acteur majeur de la victoire historique de la gauche en 1981, Pierre Mauroy a incarné dans son être et son action la défense des valeurs de la République», a indiqué la ministre de la Justice dans un communiqué. «La France perd un homme d'Etat et un humaniste, chaleureux et modeste, d'une rare fidélité à ses origines, à sa région et à ses convictions d'homme de gauche, portées avec fierté et sincérité», a-t-elle ajouté. 

12h39: «Une vigie particulièrement utile», pour Bertrand Delanoë
«C'est d'abord un homme très attachant qui a été toujours bienveillant, affectueux, attentionné aux autres et c'est aussi un constructeur du rassemblement des forces progressistes au côté de François Mitterrand. C'est un homme qui a porté de manière très authentique toute l'aspiration au progrès social. C'est une figure qui représente pour toute la gauche française non seulement beaucoup de sens, beaucoup de convictions, mais aussi beaucoup d'actions efficaces. C'est un homme qui avait un vrai ancrage, une vraie crédibilité populaire. Je pense qu'il a été souvent une vigie particulièrement utile», a déclaré le maire de Paris sur RTL.

12h37: Pierre Mauroy «méritait le respect», selon Charles Pasqua
«J'ai été de ceux qui ont mené le combat contre lui. Il apparaissait comme un homme tout à fait convaincu, attaché à ses idées et porté à faire peu de concessions. Cela étant s'était un homme aimable. Je fais toujours une distinction entre ceux qui croient à des idées et ceux qui ne sont que des arrivistes. Ceux qui sont passionnés par leur carrière, ceux qui croient à des idées, qui se battent pour elles. C'était son cas et à ce titre il méritait le respect», a déclaré l'ancien ministre sur RTL.

12h33: Les sobres condoléances de Marine Le Pen
La président du Front national présente, dans un communiqué, «ses condoléances et celles du mouvement qu'elle préside à la famille et aux proches de Monsieur Pierre Mauroy, ancien premier ministre et figure de la politique nordiste ces dernières décennies.»

12h30: «Ce matin, le ciel est bleu»
Réaction de Bernard Roman, ancien bras droit socialiste de Pierre Mauroy à la mairie de Lille: «Pierre Mauroy était mon père en politique, mon père en socialisme. A lui seul, il incarnait l’ADN du socialisme. Celui de Jules Guesde et son sens du parti socialiste, celui de l’humanisme de Jean Jaurès, celui de la grande idée de la responsabilité de Léon Blum, celui de François Mitterrand enfin, avec qui il a redonné le pouvoir à la gauche après un quart de siècle de luttes. Il avait été très marqué par le flambeau que lui avait transmis François Mitterrand à la fin de sa vie: "Vous mettrez du bleu au ciel". Ce matin, le ciel est bleu.» 

12h26: Marc-Philippe Daubresse entretenait «un lien d’estime et d’affection très fort» avec Pierre Mauroy
Le député-maire UMP de Lambersart (Nord), principal opposant de Pierre Mauroy à la communauté urbaine de Lille, éprouve «une immense tristesse». «C’est une homme avec qui j’entretenais un lien d’estime et d’affection très fort. Il a fait passer Lille d’une petite cité de province à une grande métropole. C’était un magicien du consensus qui a réussi à fédérer toutes les forces démocratiques sur son territoire pour faire avancer les dossiers. C’était aussi quelqu’un de chaleureux et très sensible à l’être humain. Quand j’étais ministre délégué au logement, nous évoquions souvent la situation des gens en difficulté dans les quartiers. Je salue aussi le père de la décentralisation», a-t-il déclaré.

12h20: George-Pau Langevin a une pensée pour les Lillois
«Je pense à tous les Lillois et les Lilloises qui perdent aujourd'hui une figure majeure de l’identité contemporaine de leur ville. Je pense à tous les défenseurs de la justice sociale, je pense à tous les acteurs de l'éducation populaire qui perdent aujourd'hui un de leur plus fervents combattants», a indiqué la ministre déléguée à la Réussite éducative dans un communiqué.

12h16: «L'un des grands artisans de l'union de la gauche», selon Vincent Peillon
Le ministre de l'Education a évoqué son «immense tristesse». «Pierre Mauroy restera comme l’un des grands artisans de l’union de la gauche», a-t-il indiqué dans un communiqué. «Sa voix, inoubliable, nous manquera. Elle me manquera tout particulièrement. Nous devons aujourd’hui garder de lui ce souci constant de juger notre action à l’aune du progrès de justice qu’elle aura apporté», a ajouté Vincent Peillon, saluant son parcours.

12h11: «Une figure historique du socialisme», pour Marisol Touraine
La ministre des Affaires sociales et de la santé «a appris avec beaucoup de tristesse le décès de Pierre Mauroy.» «La France perd aujourd’hui l’un de ses hommes d’Etat et une figure historique du socialisme», a-t-elle indiqué dans un communiqué. «Ayant oeuvré tout au long de sa vie au service de l’intérêt général, Pierre Mauroy fut, en tant que premier Premier ministre de gauche de la Ve République, l’un des grands réformateurs de la société française. Européen convaincu, artisan majeur de notre modèle social, initiateur des grandes avancées qui ont transformé en profondeur notre pays sous la présidence de François Mitterrand, Pierre Mauroy laissera une empreinte forte et durable dans la vie et dans la mémoire collective des Français», a-t-elle ajouté.

12h07: «Au revoir, Pierre, et merci»
Réaction de Gérard Caudron, maire DVG de Villeneuve d’Ascq (Nord): «A l'heure de son départ, plutôt que de chercher les phrases convenues en ces circonstances -qu'il n'aurait sans doute pas appréciées venant de moi- je reprendrai simplement ce que j'avais écris sur lui en 2006 dans mon petit livre Comm' des p'tits coquelicots à un moment de ma vie publique où je n'étais pas au mieux avec lui et le parti socialiste. On ne pourra pas ainsi douter de ma sincérité: "C'est un des hommes politiques les plus professionnels que j'ai jamais rencontré, un homme politique puissant conjuguant "feeling", capacité d'analyse, connaissance des dossiers, énergie et réelle autorité naturelle...". Avec son retrait de la vie politique une page s'était tournée. Avec son départ aujourd'hui, une autre se referme et, avec elle, la confirmation sans doute de la fin d'une époque où,  davantage qu'aujourd'hui, les idées, les valeurs humaines et les rêves du changement au sein du camp du socialisme démocratique l'emportaient largement sur tout autre considération.

12h02: Pour Steeve Briois, «sa conscience sociale n’a jamais été feinte»
«Il a fait partie de ces authentiques hommes de gauche dont la conscience sociale n'a jamais été feinte. On ne peut que saluer aujourd'hui un engagement réel et sincère pour la défense des travailleurs français», a indiqué le secrétaire général du Front national dans un communiqué. «Homme des 39 heures, de la retraite à 60 ans, des nationalisations dans des secteurs stratégiques tels que l'énergie et le secteur bancaire, Pierre Mauroy n'était pas soumis à l'ultralibéralisme et à la financiarisation à outrance. Il avait par ailleurs une profonde et salutaire estime de la notion d'Etat», a-t-il ajouté. «Si les désaccords politiques étaient évidents et nombreux tant au niveau national que local, notamment sur l'Europe et l'immigration, il convient de saluer son opiniâtreté et son courage», a conclu Steeve Briois.

11h59: Retour sur la carrière politique de Pierre Mauroy, par BFM TV
Décès de Pierre Mauroy: retour sur sa carrière... 

11h55: Robert Badinter évoque «un militant fidèle»
«Je me souviens, là j'évoque l'homme politique, parlementaire, il intervenait rarement mais j'ai un très grand souvenir de la dernière fois où il était intervenu au Sénat et il est monté à la tribune pour parler des retraites. Il a évoqué ce que signifiait la retraite pour le travailleur vieilli, fatigué, désireux d'avoir du temps pour sa famille, les siens, les enfants, les petits enfants. C'était  magnifique d'humanité avec en effet cette lueur du passé toujours présente en lui qui le rendait vivant. C'était un militant fidèle, et c'était en même temps un homme d'Etat», a déclaré l'ancien ministre socialiste sur RTL.

11h49: «Pierre Mauroy, l’homme qui a mis du bleu au ciel des Nordistes et des Français»
Dans un communiqué, les socialistes du Nord indiquent qu'ils «sont aujourd’hui orphelins» de Pierre Mauroy, «l’homme qui a mis du bleu au ciel des Nordistes et des Français». Ils saluent un «militant», un «grand frère», un «extraordinaire raconteur d'histoire», un «formidable orateur», un «bâtisseur de cathédrales», une «vigie», un «père» ou encore un «géant».


11h41: «Ce sont tous les Lillois qui sont aujourd'hui orphelins», selon Martine Aubry
«Je suis profondément bouleversée par la disparition de Pierre Mauroy. Je suis submergée par l’émotion, la tristesse, le souvenir des moments que j’ai vécus avec lui. Chacun sait, au-delà de l’admiration que je lui portais, l’immense affection que nous partagions», a indiqué la maire de Lille dans un communiqué. «Ce sont tous les Lillois qui sont aujourd’hui orphelins de ce Maire d’exception qu’il a été pendant 28 ans, et de ce grand président de la Communauté urbaine de Lille. Pierre Mauroy était et restera pour tous ici un géant», a ajouté Martine Aubry. «Lille qu’il a tant aimée, Lille à laquelle il a tant donné, porte la trace du grand architecte du renouveau lillois qu’il fut. Il a mis au service de notre ville et de notre métropole ses qualités de visionnaire et son sens de l’action. Lillois avant tout, Pierre était aussi cet homme politique hors norme dont l’action a tant marqué l’histoire de notre République. Premier Premier ministre de la gauche de la Ve République, au côté de François Mitterrand, il a modernisé, depuis Matignon, la France et la société: en offrant à tous les Français plus de liberté et plus de créativité, en engageant le pays dans une nouvelle ère de progrès social», a-t-elle insisté.
11h37: Pierre Mauroy inspirait «beaucoup de respect» à Jean-François Copé
Le président de l'UMP a «ressenti une très vive émotion suite à l’annonce du décès de Pierre Mauroy.» «Même si je ne partageais pas ses idées, son parcours m’a toujours inspiré beaucoup de respect. C’était un homme issu de la méritocratie républicaine. Un homme de conviction, un socialiste sincère, qui avait su gagner l’estime de chacun au-delà même de son camp. Un homme qui restera une figure marquante de la Ve République. Jusqu’à son dernier souffle, il s’est engagé en politique au service de ses idées», a indiqué Jean-François Copé dans un communiqué. «A sa famille et à ses proches, comme à l’ensemble du Parti socialiste, au nom de l’UMP, j’adresse mes plus sincères condoléances», a-t-il conclu.

11h29: Jean-Marc Ayrault s'est recueilli auprès du corps de Pierre Mauroy
Le Premier ministre s'est rendu ce vendredi matin à l'hôpital Percy de Clamart pour se recueillir auprès de la dépouille de son prédécesseur. Il a ensuite salué «son combat pour l'éducation populaire et la solidarité internationale». «C'était un homme complet, un grand homme d'Etat, un grand Premier ministre, un grand maire de Lille», a ajouté Jean-Marc Ayrault. «Il était profondément humain, il aimait profondément la France et les Français», a insisté le Premier ministre. «C'est un camarade qui disparaît, un ami qui nous quitte», a conclu Jean-Marc Ayrault qui a également eu une pensée pour sa famille.

11h19: Pierre Mauroy «manquera à la France», selon Marie-Arlette Carlotti
La ministre déléguée en charge des Personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion a exprimé ce vendredi sa «grande tristesse» dans un communiqué. «Pierre Mauroy a marqué de sa générosité et de sa fraternité l’ensemble de la classe politique. Il a occupé les plus hautes fonctions de l’Etat mais a toujours agi avec beaucoup d’égards pour les personnes qui croisaient sa route», a indiqué celle qui était secrétaire nationale en charge des droits de l’Homme lorsque Pierre Mauroy était Premier secrétaire du Parti socialiste. Marie-Arlette Carlotti fait également part «de son profond respect pour un homme qui a consacré sa vie à défendre les intérêts des Français laborieux.» «Il était un grand humaniste  et un grand homme. Il manquera à la France», a-t-elle conclu.

11h11: Edith Cresson garde «un souvenir extraordinaire» de Pierre Mauroy
«Je garde de Pierre Mauroy un souvenir extraordinaire. C’était un homme calme, avec beaucoup de simplicité et en même temps une véritable vision (…) j’en garde aussi le souvenir de quelqu’un de bienveillant, ce qui est dans ce milieu politique, extrêmement rare. Il était ouvert aux idées», a déclaré sur BFM TV l'ancienne Première ministre à propos de son prédécesseur.

11h02: Pierre Mauroy, «un sage, un modèle», selon Bruno Le Roux
«Pour moi Pierre Mauroy était un sage, un modèle parce que j’ai appris dans son sillage. Je crois pouvoir dire que pour beaucoup de ma génération il a été un modèle dans cette capacité à assumer la réforme, cette capacité à prendre les difficultés de face. C’était un homme très complet (…) il était toujours attentif à ce qu’il se passait aujourd’hui (…) il a pris ses responsabilités quand on lui a demandé et il n’a cessé d’être actif», a déclaré le député socialiste de Seine-Saint-Denis sur BFM TV.

10h50: Mauroy, «un homme qui a servi la France à des moments exceptionnels», selon Hollande
Le chef de l'Etat a rendu hommage ce vendredi à l'ancien Premier ministre socialiste en saluant «un homme qui a servi la France à des moments exceptionnels». «Il fut le premier chef de gouvernement de l'alternance de gauche quand la elle faisait l'apprentissage du pouvoir sous la Ve République. Il prit des mesures courageuses qu'on a appelées la rigueur, il a servi son pays sans jamais occulter ses valeurs fondamentales», a déclaré François Hollande, en déplacement à Tokyo. «Pierre Mauroy était socialiste, il voulait que la justice sociale puisse inspirer tous ses actes», a poursuivi le chef de l'Etat. «Pierre Mauroy ne trompait pas, il ne mentait pas, il allait jusqu'au bout de ses convictions en prenant la réalité telle qu'elle était. C'était un homme de fidélité, fidélité à ses origines ouvrières, à sa région, à une cause, le socialisme, et à l'unité de la gauche», a décrit François Hollande. «Pierre Mauroy était aussi un humaniste, il aimait les choses simples mais il était aussi exigeant. Il considérait que le peuple devait avoir accès à tous les biens, tous les honneurs, à tout ce qui fait le sel de la vie. Sa formule était qu'il fallait mettre du bleu dans le ciel. Aujourd'hui il est avec le bleu», a conclu le chef de l'Etat.

10h47: Paul Quilès salue les «grandes réformes» de Pierre Mauroy
«J’ai le souvenir de grandes réformes et de l’engagement fort de cet homme, ce socialiste qui avait une double volonté, à la fois celle de réaffirmer les valeurs de gauche mais aussi de rassembler. Je crois que dans la période actuelle c’est intéressant et exemplaire de voir ce parcours et cet engagement», a déclaré l'ancien ministre socialiste sur BFM TV.

10h31: Hommage du député UMP du Nord, Gérald Darmanin
Des élus de l'opposition rendent aussi hommage à Pierre Mauroy, tel Gérald Darmanin, député UMP du Nord. «Je veux comme élu respectueux de notre République, mais aussi comme habitant amoureux du Nord-Pas-de-Calais lui rendre l’hommage légitime que sa personnalité hors norme mérite. Malgré les divergences politiques profondes qui peuvent exister, je veux retenir la conviction d’un homme qui, en 1980, était véritablement socialiste», a-t-il indiqué dans un communiqué. «Je veux aussi rendre hommage au grand défenseur de notre Région Nord-Pas-de-Calais, en général, et de la métropole lilloise, en particulier. Son esprit de consensus et sa volonté d’agir pour l’intérêt général des habitants du Nord doivent être soulignés. En tant qu’adversaire politique, je souhaite saluer la mémoire d’un grand citoyen français», a conclu Gérald Darmanin.

10h23: Mauroy, incarnation du «socialisme populaire», selon Royal
10h19: «Il a été un grand Premier ministre», selon Jacques Delors
«Je voudrais dire quelle émotion et grande tristesse cette disparition est pour moi, et présenter mes respectueuses condoléances à Mme Mauroy. Pour moi il a été un grand Premier Ministre (…) il collaborait facilement avec ses ministres il savait gérer avec délicatesse les rapports entre l’Elysée et Matignon. Non seulement c’était un ami mais aussi un grand Premier Ministre», a déclaré Jacques Delors sur BFM TV. «Jusqu’au moment où il a été gravement malade nous nous revoyions régulièrement. Nous avons toujours eu beaucoup d’amitié. C’était un homme humainement formidable», a-t-il ajouté.  

10h16: Jean-Marc Ayrault va se rendre à l'hôpital Percy de Clamart (Hauts-de-Seine) dans l'heure

10h10: «Une grande figure de la gauche», selon Anne Hidalgo
«J’ai appris avec une immense tristesse le décès de Pierre Mauroy», a indiqué la candidate socialiste à la maire de Paris dans un communiqué. «Il restera une grande figure de la gauche, une grande figure qui a éclairé mon engagement politique et citoyen. Pierre Mauroy fut aussi le grand maire d’une grande métropole: en cela aussi, il m’inspire», a-t-elle ajouté. «La vie de Pierre Mauroy est en elle-même une œuvre humaniste. Je pense à sa famille et je veux lui témoigner mon affection et mon soutien dans cette douloureuse épreuve», a conclu Anne Hidalgo.

10h03: Gérard Filoche rappelle les grandes mesures prises sous le gouvernement Mauroy
9h57: «C'est un pilier du socialisme démocratique qui s'en va», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui a annoncé la mort de Pierre Mauroy.

La mort de Pierre Mauroy, annoncée ce vendredi par Laurent Fabius, fait réagir la classe politique française. L'ancien Premier ministre et maire de Lille est décédé à l'âge de 84 ans.  

Son décès a été annoncé par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en déplacement à Tokyo avec François Hollande. 

Pierre Mauroy avait été hospitalisé le week-end dernier pour un «coup de fatigue».