Sarkozy invité à une conférence par Goldman Sachs: Montebourg dénonce des «connivences»

POLITIQUE L’ex-chef de l’Etat participe ce lundi à une conférence sur la politique européenne, sur invitation de la banque d'affaire américaine...

D.B.

— 

Nicolas Sarkozy le 11 ocotbre 2012 à New York où il est venu donner une conférence sur invitation d'une banque brésilienne.
Nicolas Sarkozy le 11 ocotbre 2012 à New York où il est venu donner une conférence sur invitation d'une banque brésilienne. — Anthony Behar/Sipa

Les nouvelles activités de Nicolas Sarkozy continuent à susciter la polémique. L’ancien chef de l’Etat participe ce lundi à Londres à une conférence sur la politique européenne,invitation de la banque d'affaire américaine Goldman Sachs (impliquée dans la crise des subprimes et la dette publique grecque), qui devrait lui rapporter environ 100.000 dollars.

«Des relations incestueuses»

Une prestation vivement critiquée par Arnaud Montebourg: «Ca démontre où sont les amitiés, les connivences, les solidarités», a déclaré ce lundi, le ministre du Redressement productif sur BFMTV. «Quand vous êtes payé par Goldman Sachs, comment vous faites pour critiquer Goldman Sachs après? Vous ne pouvez plus, s’ils vous paient».

Lors de cette conférence, Nicolas Sarkozy  sera le seul homme politique à parler aux côtés d’économistes. «Ça pose le problème de la relation incestueuse entre la haute classe politique et le casino financier», a estimé de son côté ce lundi matin sur RMC le journaliste blogueur Patrice de Plunkett, dénonçant l’attitude de Goldman Sachs, «géant de la spéculation mondiale, qui a aidé la Grèce à camoufler sa dette et a ensuite parié sur sa faillite. Et pendant que l’Europe s’enfonce dans la crise, cette banque affiche 7,3 milliards de dollars de bénéfice». 

Depuis son échéc à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy multiplie les participations à des conférences à l'étranger.  En mai, il a ainsi participé à la SALT Conference, un forum, qui rassemble le gratin de la finance internationale à Las Vegas. Et en octobre dernier, l'ancien président de la République avait aussi déjà suscité la controverse en participant à New York à une conférence organisée par la banque brésilienne BTP Actual. Des prestations qui auraient été rémunérées près de 100.000 dollars à chaque fois.

NE