Primaire UMP pour la mairie de Paris: Pierre-Yves Bournazel demande la «suspension du vote»

MUNICIPALES L'organisateur de la primaire a déjà rejeté cette possibilité...

E.O. avec AFP

— 

Pierre-Yves Bournazel à Paris le 29 mai 2013.
Pierre-Yves Bournazel à Paris le 29 mai 2013. — MEIGNEUX/SIPA

Pierre-Yves Bournazel, candidat à la primaire organisée par l'UMP pour l'élection municipale à Paris, demande la «suspension immédiate du vote».

Le scrutin, qui se déroule sur Internet, a commencé ce vendredi mais est déjà suspecté de fraudes. «Des centaines de Parisiens viennent de le constater en quelques heures, soit parce qu'ils n'ont pu s'inscrire pour voter, soit (...) parce qu'il a été possible d'inscrire plusieurs électeurs sans leur consentement», a lancé le conseiller régional lors d'une conférence de presse organisée devant l'Hôtel de Ville. «Le système d'organisation des primaires est incontestablement défaillant», a-t-il souligné.

Un «vote publiquement ridiculisé»

Pierre-Yves Bournazel a déploré une «situation inacceptable» et a fustigé un «vote publiquement ridiculisé». «Je ne peux cautionner un système où certains s'affranchissent des règles établies», a-t-il insisté.

Jean-François Legaret, également candidat à la primaire, a demandé une réunion d'«urgence» entre les candidats et le superviseur du scrutin sur des «dysfonctionnements». Un autre candidat, Franck Margain, du Parti chrétien-démocrate (PCD) de Christine Boutin, a demandé de «calmer le jeu». Rappelant la bataille acharnée entre Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l'UMP cet automne, il a estimé qu'«il ne faut pas recommencer avec cette primaire». Mais «s'il s'avère que le vote est complètement irrégulier, il faudra prendre les dispositions nécessaires», selon lui.

«C'est de la mousse»

L'organisateur de la primaire, Antoine Rufnacht, a d'ores et déjà rejeté l'idée de suspendre le vote. «C'est de la mousse», a-t-il indiqué au Figaro, estimant que Pierre-Yves Bournazel est «un homme de com'». Pour l'ex-maire du Havre, cette déclaration du candidat fait partie «des petits coups de fin de campagne entre personnes d'un même mouvement politique qui ont du mal à se distinguer sur leur programme».

Les électeurs, qu'ils soient ou non encartés à l'UMP, ont jusqu'à lundi 18h pour s'inscrire sur le site internet de la primaire, et jusqu'à lundi 19h pour voter. Le scrutin doit départager Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Legaret, Franck Margain et Pierre-Yves Bournazel.